Même pendant les vacances ils gardent un œil sur leurs smartphones. Les cadres des entreprises n'ont pas pris l'habitude de déconnecter.

Avec les outils numériques 85% des salariés  sont amenés à travailler en dehors du bureau
Avec les outils numériques 85% des salariés sont amenés à travailler en dehors du bureau © AFP / Frédéric Cirou / AltoPress / PhotoAlto

Le droit à la déconnexion (pouvoir ne pas répondre à des courriels, SMS ou appels hors temps de travail), reconnu par la loi travail, est entré en vigueur en janvier 2017.

Dans le cadre de la loi Travail, les entreprises doivent désormais inciter leurs salariés à ne pas échanger de mails ou de communication en dehors des temps de travail légaux. Le droit à la déconnexion incite donc les entreprises à mette en oeuvre des moyens pour assurer le respect des temps de repos et de congés des salariés, ainsi que l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Il s'agit en général de rappeler aux salariés de ne pas consulter leurs mails après 18h ou pendant le week-end.

Certaines entreprises ont été pionnières en la matière, comme Orange ou Volkswagen. Mais une étude réalisée par l'Ifop montre que d'une part les salariés ne s'habituent pas eux-mêmes à déconnecter. D'autre part les entreprises, de l'avis de leurs employés, n'ont pas encore pris ce dossier à bras le corps.

L'étude a été réalisée en ligne du 7 au 10 juillet auprès d'un échantillon de 1.002 personnes (méthode des quotas) représentatives de la population cadres en activité. Elle a été faite pour le compte de Securex, cabinet prestataire en ressources humaines.

Plus de la moitié des sondés affirment que leur entreprise ne s'est pas "engagée dans l'application" de ce droit. Plus généralement, 57% pensent que "la qualité de vie au travail ou le mieux vivre au travail" ne sont pas "correctement pris en compte par les entreprises".

Les cadres, dans 8 cas sur 10, restent connectés pendant les vacances, essentiellement parce qu'ils ont peur d'être débordés en rentrant, ou craignent de rater une opportunité. Dans 64% des cas, ils estiment que les nouvelles technologies de communication améliorent leur qualité de vie au travail.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.