Touché par une faille informatique, Google + va fermer. Les données personnelles de 500 000 comptes étaient mal protégées. Le réseau social s’arrêtera de fonctionner dans les dix mois à venir.

500 000 utilisateurs sont concernés par la faille.
500 000 utilisateurs sont concernés par la faille. © Maxppp / Jean-François FREY

La fin de Google + est actée. Lancé en 2011 avec l'objectif de concurrencer Facebook, le réseau social de Google n'y parviendra pas. En tout, 500 000 utilisateurs de Google + seraient concernés. La faille a été découverte en mars dernier, lors d’un audit de sécurité interne.

Elle permettait en théorie à des développeurs d'applications extérieurs d'accéder à des données comme l'adresse mail, la profession, le sexe et l’âge des propriétaires des comptes. En revanche, Google assure qu’il n’y a eu aucune fuite concernant les messages et les numéros de téléphone des utilisateurs. Cette faille, qualifiée aussi de "bug", a existé pendant trois ans, entre 2015 et mars 2018. 

La crainte d’un nouveau Cambridge Analytica

Toutefois, selon Google personne n’a profité de la faille. "Nous n'avons pas trouvé de preuve montrant que les données ont été employées de façon inappropriée" rassure le géant du web sur son post de blog

Les dirigeants de Google ont préféré ne pas divulguer ce bug au moment de sa découverte en mars 2018. Ils redoutaient une polémique à l'image du scandale Cambridge Analytica. Cette société britannique est accusée d’avoir collecté des informations personnelles sur Facebook, sans le consentement des utilisateurs, et cela à des fins politiques. 

"Nos données ne sont pas dans des coffres-forts"

Ce mardi sur France Inter, Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'État chargé du Numérique a réagi : "J'ai immédiatement contacté Google France en leur demandant de me dire si des Français étaient concernés". Le secrétaire d’Etat qui n'a pas encore reçu de réponse de la part de Google, lance aussi un appel à la prudence : "C'est le cinquième événement de ce genre en quelques mois. Aujourd'hui, il faut qu'on se rende compte que nos données personnelles, stockées sur ces plateformes, ne sont pas dans des coffres-forts et qu'elles peuvent fuiter". 

Un réseau social moribond

En 2015, Google + revendiquaient 111 millions d’utilisateurs actifs, un chiffre très faible au regard du nombre d’utilisateurs de Gmail, plus d’un milliard. Chaque internaute disposant d’une adresse Gmail ouvre automatiquement un compte sur Google +. Dans un post sur leur blog, les dirigeants reconnaissent l’échec : "90% des sessions sur Google+ durait moins de 5 secondes". 

Google annonce donc la fermeture de son réseau social d’ici dix mois, le temps pour les utilisateurs d’exporter leurs données. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.