Au lendemain d'un nouveau règlement de comptes mortel dans la cité phocéenne, Jean-Marc Ayrault annonce le renfort de 24 policiers de police judiciaire et l'arrivée dès mercredi d'une nouvelle compagnie de CRS à Marseille.

Les explications de Marie-Christine Lauriol

Des moyens supplémentaires

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault était arrivé en début d'après-midi accompagné de Manuel Valls (Intérieur), Christine Taubira (garde des Sceaux), Marysol Touraine (Affaires sociales), Cécile Duflot (Logement) et la Marseillaise Marie-Arlette Carlotti (Handicapés).

marseille ayrault
marseille ayrault © Radio France

Après s'être entretenu avec l'équipe des urgences de l'hôpital de la Conception, où un infirmier a été agressé ce weekend, il a annoncé le renfort de 24 policiers de police judiciaire et l'arrivée d'une nouvelle compagnie de CRS à Marseille.

"Immédiatement, demain matin (mercredi), une CRS supplémentaire sera présente sur l'espace public pour adresser un nouveau message de mobilisation et de confiance", a-t-il ajouté.

J’attends que la République apporte des réponses

La sénatrice PS de Marseille Samia Ghali, maire du secteur où le jeune est tombé, a vivement réclamé ce matin des "mesures concrètes" du gouvernement un an après un comité interministériel consacré à la situation à Marseille dont il "n'est rien sorti" selon elle. A l’époque, après un énième meurtre, elle avait plaidé pour l'intervention de l'armée dans les cités . "Il y a un an, j'ai tiré une sonnette d'alarme. Je m'aperçois qu'un an plus tard, jour pour jour, la situation n'a malheureusement pas beaucoup évolué. Cela veut dire que les moyens qui sont mis en place ne sont pas suffisants", ajoute l'élue, candidate aux primaires du PS pour les municipales.

Le comité interministériel consacré à la sécurité à Marseille s'était réuni le 6 septembre 2012, débloquant des renforts policiers , proposant la création d'une métropole et un accueil plus précoce à l'école dans les zones prioritaires.

Les "bons" résultats à Marseille

manuel valls opposé à l'idée de classer marseille en zone sécuritaire prioritaire
manuel valls opposé à l'idée de classer marseille en zone sécuritaire prioritaire © reuters

Une prise de position que n’a pas manqué de tacler Manuel Valls ce matin , le ministre de l’Intérieur a dénoncé la « surenchère politique » sur le thème de la violence, notamment avant les primaires socialistes.

La moitié de la ville en zone prioritaire

Manuel Valls défend par ailleurs les "résultats" obtenus sur le terrain dans la cité phocéenne. "Il y a eu 11 règlements de comptes à Marseille depuis le début de l'année. L'année dernière à la même époque, il y en avait eu 17 ", a-t-il souligné, rappelant que la moitié de Marseille est en zone de sécurité prioritaire (ZSP). La semaine dernière, en déplacement dans la cité phocéenne, Manuel Valls a de nouveau refusé de passer toute la ville en ZSP comme lui demande le maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin.

Cet après-midi, Jean-Marc Ayrault a aussi défendu le bilan sécuritaire de son gouvernement

13e mort depuis le début de l’année

L'homme de 25 ans criblé de balles hier-soir à Marseille, avait déjà fait l'objet de deux tentatives d'assassinat. Il s'agit du 13e règlement de comptes mortel recensé dans la ville et sa région depuis début 2013, un chiffre auquel il faut ajouter dix blessés dans neuf tentatives. Avec 24 morts dans les Bouches-du-Rhône, l’année 2012 avait aussi été particulièrement sanglante .

marseille
marseille © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.