Priere à la Mosquée de la Paillade à Montpellier
Priere à la Mosquée de la Paillade à Montpellier © MaxPPP/Guillaume Bonnefont

Un mois et demi après les attentats de Paris, le ministre de l'Intérieur a présenté en conseil des ministres son plan pour favoriser et améliorer le dialogue avec l'islam. Sans oublier la formation des imams et la sécurité des lieux de culte musulmans.

Présenté en conseil des ministres, ce plan prévoit notamment la création d'ici l'été d'une nouvelle instance de dialogue avec les représentants de l'islam de France. Cette instance doit se réunir deux fois par an autour du Premier ministre.

Cette instance de dialogue doit combler les faiblesses du CFCM

Aujourd'hui, la communauté musulmane compte entre 4 et 5 millions de personnes en France. C'est la deuxième religion du pays. Mais son instance chargée de la représenter, le CFCM est régulièrement critiqué. Le Conseil Français du Culte Musulman créé en 2003 par Nicolas Sarkozy est miné par des divisions internes et souffre d'un manque de représentativité.

Le sociologue Olivier Bobineau explique pourquoi le CFCM souffre d'un manque de représentativité

Propositions : engager une large consultation avec les acteurs de l'islam. Le CFCM restera le principal acteur dans cette nouvelle instance de dialogue, mais on y retrouvera également des personnalités plus autonomes comme des imams et des intellectuels représentatifs d'un islam modéré de tolérance.

Une formation civique pour les imams

La France compte 2 300 mosquées ou salles de prières. Mais la plupart n'ont pas d'imams permanents. Un manque qui favorise la présence de prédicateurs itinérants voire autoproclamés qui peuvent prêcher un islamisme radical.

La question des cadres religieux se pose aussi dans les prisons. Comment lutter contre la radicalisation dans les établissements pénitentiaires ? Avec seulement 180 aumôniers musulmans, ce dispositif est bien trop insuffisant selon les experts.

Propositions : Le gouvernement veut inciter les imams à suivre des formations civiques et civiles dans les universités. Mais une formation facultative, loi de 1905 sur la laïcité oblige. Pour cela, le gouvernement veut doubler le nombre de diplômes universitaires accessibles aux imams. Il en existe 6 aujourd'hui.

L'Etat français souhaiterait également que les écoles confessionnelles musulmanes puissent passer sous le régime du contrat avec l'Etat. Et promet de renforcer les contrôles pour les établissements qui restent hors contrat.

Sécurité renforcée autour des lieux de culte musulman

Depuis les attentats de janvier, les actes islamophobes ont explosé en France. Selon l'Observatoire contre l'islamophobie, 176 actes ont été recensés pour le seul mois de janvier. C'est plus que sur l'ensemble de l'année 2014. Les musulmans redoutent une stigmatisation, un amalgame entre islam et terrorisme.

Propositions : Dans le cadre du plan Vigipirate, plus d'un millier de lieux de culte musulman sont surveillés par les forces de l'ordre. Le gouvernement propose de renforcer cette sécurité avec des caméras de vidéo surveillance pour les sites les plus sensibles.

Depuis l'Elysée, les précisions de Cyril Graziani :

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.