Manuel Valls et trois ministres inaugurent cette première réunion
Manuel Valls et trois ministres inaugurent cette première réunion © Radio France / Christophe Petit Tesson

Quatre ministres, dont le Premier, pour lancer officiellement lundi matin la première réunion de "l'instance de dialogue" créée quelques semaines après les attentats djihadistes de janvier. Pour Manuel Valls, l'enjeu est majeur pour la République.

En déplacement à Mayotte, il estime même qu'il s'agit d'un "grand défi des années qui viennent : faire la démonstration que l'islam est totalement compatible avec la démocratie, avec la République , avec l'égalité des hommes et des femmes, avec le dialogue". Pour y parvenir, 150 personnes ont été sélectionnées pour évoquer les sujets qui inquiètent la communauté musulmane, et les raisons de l'inquiétude vis-à-vis de l'islam.

► ► ► SUR TWITTER | Manuel Valls a ouvert en personne cette prise de contact

Parmi les membres de cette nouvelle instance, les présidents des conseils régionaux du culte musulman (CRCM), des responsables de fédérations, des recteurs de mosquées, des imams, des aumôniers, des théologiens, ou encore des personnalités de la société civile. Certains sont déjà des interlocuteurs privilégiés du gouvernement , mais Bernard Cazeneuve assure qu'il ne s'agit pas "de créer une organisation nouvelle des Français de confession musulmane, ni de constituer une enceinte de négociation devant déboucher sur des décisions immédiates". On parle plutôt d'un "forum d'échanges régulier".

L'idée s'inspire d'ailleurs ouvertement de l'"instance Matignon", un conseil de quelques évêques créé en 2002 pour l'Eglise catholique.

L'islam compte cinq millions de fidèles (pratiquants ou non) en France, soit la première communauté musulmane d'Europe.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.