Une charte sur les jouets peut-elle aider les filles à accéder aux carrières scientifiques ? C'est une initiative du gouvernement, pour que la présentation et la mise en valeur des jouets soit plus neutre. Adrien Taquet, secrétaire d'État chargé de la protection de l'enfance, l'explique à France Inter.

Rayon jouets dans une grande surface du Calvados
Rayon jouets dans une grande surface du Calvados © AFP / Mychele Daniau

Cette charte concerne l'ensemble de la filière du jouet en France, qui s'engage à faire des efforts "mesurables" pour améliorer la représentation mixte de jouets, selon le communiqué de la Fédération française des industries jouet/puériculture (FJP). Elle passe par le développement de jouets qui représentent des figures masculines et féminines, ou par la formation des vendeurs pour qu'ils n'orientent pas les parents en fonction du genre de leur enfant. Adrien Taquet répondait aux questions de Bruno Duvic dans le journal de 13h.

FRANCE INTER : D'où est venue l'idée de cette charte ?

ADRIEN TAQUET : "On se rend compte que dans les métiers scientifiques, les métiers de l'industrie, les femmes sont sous-représentées : à peine 30 %. De la même façon, très peu de jeunes filles s'orientent vers les études scientifiques. On est absolument convaincus qu'il y a une espèce de biais de genre, dès la plus tendre enfance. Et moi qui suis chargé de la protection de l'enfance, je sais à quel point, dès le plus jeune âge, ça peut conditionner la représentation du monde et la représentation de soi-même dans le monde."

Cette charte n'aura aucun caractère obligatoire, elle sera simplement incitative...

"Ce mardi matin, tout le monde était autour de la table : les fabricants de jouets, les distributeurs, les associations, pour signer cette charte qui est un engagement à ne pas 'genrer', à ne pas perpétuer des stéréotypes de genre. Après, c'est à chacun des acteurs de s'organiser, mais on aimerait que, lorsque vous entrez dans un magasin de jouets, on arrête de vous demander 'c'est pour un petit garçon ou pour une petite fille' et et qu'on vous demande plutôt si c'est pour un enfant qui aime jouer dehors, ou qui aime plutôt tout ce qui est créatif... Bref, rentrer par les potentiels et la créativité des jeunes enfants."

Sur les boîtes, on arrêterait donc de mettre "une cuisinière pour faire comme maman" ou "un costume de policier pour faire comme papa" ?

"On aimerait qu'on écrive tout simplement 'pour faire comme les grands' ! Ça parlera tout autant aux enfants. Vous savez, on a le sentiment qu'on a fait du chemin sur ce genre de sujets, sur les questions de l'égalité hommes-femmes, mais en réalité ce n'est pas le cas. En 2015, une sociologue américaine a regardé le catalogue de 1975 d'un grand distributeur, et à l'époque seuls 2 % des jouets étaient 'genrés', stéréotypés par genre. Elle a fait le même exercice sur le site Internet actuel d'un grand acteur du divertissement pour les enfants, et l'intégralité des jouets étaient 'genrés'. En réalité, on a plutôt régressé."

Qu'est-ce qu'il faudra regarder dans les catalogues de jouets de Noël pour savoir si la charte a eu un effet ?

"Il faut être réaliste : les catalogues de jouets des grands distributeurs sont déjà imprimés, donc les changements seront à la marge. Mais déjà, on pourra regarder comment les vendeurs dans les magasins se comportent, l'information et la sensibilisation de ces vendeurs, ou comment sont organisés les rayons."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.