Un nouveau défi dangereux est en train de se répandre par le biais des réseaux sociaux. Il consiste à jeter de l'eau bouillante, par surprise, sur ses amis.

Capture d'écran de la chaîne américaine WCNC - Hot Challenge Water
Capture d'écran de la chaîne américaine WCNC - Hot Challenge Water © WCNC

Les médias américains ont signalé plusieurs cas d’enfants gravement brûlés par ce défi qui consiste pour les adolescents à surprendre leurs camarades en leur jetant une casserole d’eau bouillante sur la tête, ou bien en trempant leurs mains l'eau ou en l'ingérant.

Une fillette de 8 ans, brûlée à œsophage est ainsi morte le 30 juillet en Floride. Elle avait choisi de boire l’eau bouillante à la paille. Une pré-adolescente de New York a été surprise dans son sommeil. Elle dormait quand des amis lui ont jeté un seau d'eau chaude sur le visage. Elle est hospitalisée dans un état grave, avec des brûlures sur la nuque, le menton et les épaules.

Ces défis idiots et dangereux

On a connu le Ice Bucket Challenge qui consistait à se jeter un seau d’eau glacée sur la tête. C’était au profit d’une bonne cause, une association américaine qui luttait contre la maladie de Charcot. Les gens se filmaient et postaient leur exploit sur Youtube. Quelques personnalités s’y sont mises et le phénomène était devenu viral.

Les autres types "d’exploits" qui deviennent viraux sont d’une autre nature. Il y a eu la Neknomination qui consistait à boire son verre d’alcool très fort cul-sec dans des circonstances parfois périlleuses. Née en Australie, cette variante 2.0 de binge drinking, s’était répandue par les vidéos postées sur Facebook. Quand les autorités irlandaises avaient demandé la suppression des pages Facebook incitant à cette pratique, le géant du net avait refusé, estimant que cela n’allait pas contre ses règles.

Il y a aussi Ice Salt challenge, consistant à s’appliquer du sel et des glaçons sur la peau et à tenir le plus longtemps possible, au risque de graves brûlures. Le plus dangereux a été le le Blue Whale challenge consistant à accomplir 50 actions de plus en plus dangereuses avant de finir par se donner la mort.

Facebook a tout de même fini par mettre en place un système d’alerte. Lorsque l’on signale une publication comme étant inappropriée, on peut désormais cocher une case "contenu menaçant, violent ou suicidaire". Le réseau social s’engage à adresser un message à l’utilisateur, lui proposant des numéros de téléphone pour trouver de l’aide ou des conseils.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.