Cette année encore, les écarts deviennent des gouffres entre les plus riches et les plus pauvres. Alors que s'ouvre le Forum économique mondial, Oxfam appelle à une plus juste répartition des richesses.

Le Forum économique mondial s'ouvre à Davos
Le Forum économique mondial s'ouvre à Davos © AFP / FABRICE COFFRINI

Les inégalités ne cessent de se creuser ! Constat d'Oxfam à la veille du Forum économique mondial qui rassemble le gotha des milieux d'affaires à Davos en Suisse cette semaine. Oxfam met à jour les données sur les inégalités dans le monde et pointe une concentration croissante des richesses, année après années. 

Cette année encore, ils sont désormais 42 à posséder autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. En 2010, ils étaient 388. Le patrimoine des plus riches augmente, tandis que les revenus des plus pauvres se réduisent. Si la croissance est là, elle est aussi moins bien partagée que par le passé, explique Manon Aubry, chargée des inégalité. La richesse des plus riches a augmenté de plus de 760 milliards de dollars, soit plus de sept fois le montant de ce qui permettrait d'éradiquer la pauvreté extrême.

Résultat : le niveau de vie progresse très peu pour une grande majorité. Dans son rapport, Oxfam pointe les coupables : l'évasion fiscale, stimulée par la concurrence entre les pays, qui renforce les inégalités jusqu'au sein des entreprises. Mais c'est aussi à cause d'un droit du travail affaibli et d'une pression très forte sur les salaires, avec de faibles rémunérations. Des facteurs qui entraînent une hausse du populisme, cause, notamment du Brexit. 

Il faut nuancer cette étude, car dans les richesses, Oxfam inclue les crédits, c'est-à-dire les achats de biens qui sont encore en cours de remboursement, mais le constat reste crédible. 

Il est d'ailleurs partagé par le FMI ou la Banque mondiale ; alors qu' Emmanuel Macron reçoit 140 patrons ce lundi, Oxfam lui demande de faire de la répartition équitable des richesses une priorité du quinquennat.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.