Les salariés du Monde étaient appelés à se prononcer sur le nom du futur directeur.
Les salariés du Monde étaient appelés à se prononcer sur le nom du futur directeur. © MaxPPP / Vincent Isore

Ce mercredi après-midi, les quelques 400 salariés du Monde devaient dire s’ils validaient la désignation de Jérôme Fenoglio au poste de directeur. L’actuel numéro deux, le seul candidat, n'a pas été approuvé par son équipe.

Les journalistes du grand quotidien français Le Monde devaient répondre à la question "approuvez-vous la nomination de Jérôme Fenoglio au poste de directeur du Monde ?" Et à la surprise générale, les réponses ont été majoritairement "non". Le candidat unique, choisi par les actionnaires, Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, n'a recueilli que 55% des suffrages alors qu'il lui en fallait 60 pour se voir confier un mandat de six ans. Les journalistes du Monde l'ont twitté eux-même après le dépouillement.

"Un processus de sélection tronqué"

Le score de Jérôme Fenoglio, 48 ans, traduit en fait le niveau de mécontentement de la rédaction après un processus de sélection que certains estiment "tronqué" puisque les actionnaires ont écartés trois candidatures déclarées (dont celle du directeur par intérim) pour proposer, contre son avis, le nom de Jérôme Fenoglio. Avant le vote, les salariés ont d'ailleurs approuvé un texte pour "marquer la désapprobation de la rédaction sur le comportement des actionnaires" .

Six directeurs depuis 2010

Avec l’actuel numéro deux du journal, les actionnaires pensaient miser sur la stabilité. Jérôme Fenoglio, entré au Monde en 1991 aux sports, puis aux services société, sciences, au Monde 2, au Monde.fr avant de devenir directeur des rédactions en mai 2014, proposait de "sortir de cette période troublée", référence au long conflit qui a secoué le quotidien et provoqué la démission de la directrice, Natalie Nougayrède, début 2014.

Développer les nouveaux supports

Dans son projet, dévoilé lundi aux journalistes, Jérôme Fenoglio annoncait vouloir développer les nouveaux supports, généraliser la vidéo et le mobile, même si "le quotidien doit rester , dit-il, encore longtemps la colonne vertébrale de nos offres payantes ". Le Monde, qui a vendu plus de 280 000 exemplaires (papier ou internet) par jour en mars , voit ses chiffres de diffusion globaux baisser (-6 000 sur un an), la hausse des exemplaires numériques (+30% entre mars 2014 et mars 2015) ne compensant pas la chute des ventes papier.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.