Comme le mot est anglais, on entend ça et là que le sport l’est aussi. Pourtant, il semble bien que ce ne soit pas l’Angleterre mais la France qui ait vu naître le football. Ou tout du moins l’ancêtre du football, que l’on appelait la Soule. "Soule", ça veut dire "soleil" en celte, et au début du XIème siècle, la Soule était un jeu très populaire dans les villages de toute la Gaule. Il n’y avait alors qu’un seul but, qui d’ailleurs n’était pas à proprement parler un but, ce pouvait être une mare, un lieu-dit, un fossé, dans lequel on devait donc déposer ce qui faisait office de ballon. En l’occurrence : une vessie de porc gonflée d’air ou remplie de son, ballon que se disputaient deux équipes, constituées le plus souvent par les hommes de deux villages voisins. Tous les hommes valides étaient alors réquisitionnés, aucune limite dans le nombre de joueurs. Et pas de limite non plus dans le jeu. Quasiment tous les coups étaient permis : coups de pied, coups de poing, coups de boule. Ça pouvait être très bestial, finir en baston générale. Mais ça a beaucoup plu aux Anglais, quand ils ont découvert le jeu, vraisemblablement introduit outre-Manche en 1066, lorsque l’ami Guillaume le Conquérant a débarqué sur le sol british avec ses hommes. La Soule française est alors devenue très populaire en Angleterre cette fois, où au XVème, on lui donne officiellement le nom de "pied-ballon"… Mais ils sont tellement balourds, les joueurs du Moyen-âge, que l’expression "football player" est à l’époque quasiment considérée comme une insulte - ça signifie grosse brute. La Soule, comme le football, est alors une activité de voyou. Du coup, en Angleterre comme en France, les autorités décident tout bonnement d’interdire ce sport. Malgré cette interdiction, des deux côtés de la Manche, on a toutefois continué à s’amuser au pied ballon ! Et en Angleterre, on a commencé à organiser les règles du jeu. On a calmé les participants, mieux délimité les terrains… Puis au XIXème siècle, le football s’est divisé en en deux branches : ballon au pied, avec la "football association britannique" et ballon à la main, avec le jeu inventé totalement par hasard lors d’un match en 1823. Très maladroit des pieds, le désormais célèbre William Weeb Ellis se saisit du ballon pour aller le porter à la main dans le but adverse - un précurseur de Chabal et de Thierry Henry. Ça se passait sur la pelouse du collège de la ville de Rugby. D’où le nom "football rugby", devenu désormais rugby tout court… Tandis que la "football association" devenait chez nous "football" et "soccer" chez les anglophones - "soccer", diminutif d’association… La Soule gauloise est donc à la fois l’ancêtre du football et du rugby. Deux sports désormais pacifiés… Sur le terrain, en tout cas. Car du côté des supporters, on est régulièrement pas loin de l’esprit de la Soule ! Pour preuve, les incidents auxquels on a souvent droit à l’issue des matchs. Des incidents violents, parfois même des émeutes, comme après la rencontre entre l’Egypte et l’Algérie. Dommage. Ce sport est magnifique, comme le sont la plupart des passions collectives, dès lors donc qu’elles ne nous ramènent pas aux ridicules violences du Moyen-âge. Chronique (Le dernier mot) du 04/12/09 dans "Et pourtant elle tourne"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.