On en connaît tous quelques uns, des inspecteurs. Pas forcément personnellement, mais au moins de réputation… En l’occurrence, ils n’ont pas toujours très bonne réputation, les inspecteurs. L’inspecteur des impôts… Mieux vaut être à jour dans ses comptes et ses déclarations. L’inspecteur du permis de conduire… Mieux vaut maîtriser les créneaux et le coup d’œil dans les rétros. Bien sûr il y a aussi des inspecteurs que l’on trouve sympathiques, voire très sympathiques: ceux que l’on voit au cinéma ou bien à la télévision. Harry, Lavardin, Laverdure, Labavure, Barnaby, Colombo, Derrick… Mais en fait, ce que l’on aime, au-delà des personnages, ou ce que l’on n’aime pas, c’est surtout le spectacle… Le film ou l’épisode fait-il un bon spectacle ? Les inspecteurs sur les écrans font-ils un bon spectacle ? Au cinéma, à la télé, c’est le spectacle qui compte. Inspecteur et spectacle, les deux mots ont d’ailleurs la même racine. Racine latine. Les deux mots viennent de « specere », qui signifie tout simplement regarder, observer. Mais l’inspection est un regard assez particulier, un regard pointilleux : le « in » marque le fait d’aller voir dedans, à l'intérieur, dans le détail et avec insistance… Certains apprécient facilement d’être regardés, de se donner en spectacle, mais être inspecté, par contre, c’est plus délicat. Être inspecté par un médecin, pas toujours agréable. Et par un chirurgien, là ce n’est pas très bon signe… Quand aux inspecteurs de police, eux vont fouiller dans la vie des gens, pour découvrir précisément ce qu’ils n’ont pas envie de donner en spectacle. Exactement pareil que pour les sites nucléaires. Mahmoud Ahmadinejad n’a jamais été un adepte de la transparence sur le sujet. Toutefois, à la fin du mois, les inspecteurs de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique devraient finalement pouvoir aller inspecter le nouveau site iranien d’enrichissement d’uranium. Les mêmes inspecteurs, ou plutôt les collègues de ceux qui étaient allés en Irak il y a quelques années. Souvenez-vous : janvier 2003, un certain Jacques Chirac, alors président de la République, avait dit « non » à l’intervention armée voulue par les Etats-Unis. Il l’avait dit notamment à l’Elysée, entouré des inspecteurs Hans Blix et Mohamed el Baradai qui, à l’époque, étaient devenus des vedettes, de grandes vedettes médiatiques et des vedettes diplomatiques, même si leur parole éclairée n’a pas toujours été prise en compte… Preuve de la grande ingratitude de la fonction. Eh oui, ce n’est pas facile, le métier d’inspecteur. En fait, il n’y en a qu’un qui peut se la couler douce : l’inspecteur des travaux finis. Lui, d’ailleurs, on peut dire qu’il est parfois une sorte d’inspecteur Gadget. Chronique (Le dernier mot) du 09/10/09 dans "Et pourtant elle tourne"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.