baisse de 11% du nombre de morts sur les routes en 2013
baisse de 11% du nombre de morts sur les routes en 2013 © reuters

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, il a reculé de 11% en 2013, pour atteindre son plus bas niveau historique. Mais le bilan reste "effrayant", selon Manuel Valls, avec 3.250 morts sur les routes de France en un an.

Il est des chiffres dont on a du mal à se réjouir complètement. Ceux de la Sécurité routière sont de ceux-là. Pourtant, depuis les toutes premières statistiques sur le sujet, en 1948, on n'a jamais atteint un niveau aussi bas pour le nombre de morts sur les routes.

Ils ont été 3.250 à perdre la vie au volant (ou au guidon) en 2013. C'est 403 de moins qu'en 2012, une année qui avait déjà connu une baisse sans précédent (de 8%).

Peut-on pour autant s'en satisfaire ? Pas vraiment, assure Manuel Valls.

La route connaît encore beaucoup trop de drames, qui brisent des vies. Il ne faut pas relâcher les efforts. Neuf personnes meurent tous les jours sur la route, un chiffre effrayant.

La baisse est tout au plus "encourageante", il faut désormais avoir pour objectif "d'encore progresser", assure le ministre de l'Intérieur, qui veut passer sous la barre des 2.000 morts d'ici 2020.

Le reportage de Géraldine Hallot

Les routiers de plus en plus menacés

Les conducteurs de poids-lourds meurent de plus en plus souvent sur la route. Le nombre de tués est en augmentation de 9%. C'est le seul secteur qui connaît une hausse inquiétante.

Dans le détail, les chiffres sont plutôt encourageants. La mortalité des 18-24 ans baisse de 10%, c'était justement l'une des priorités fixées par le ministère. Baisse aussi pour les motocyclistes, de -3%.

Les morts côté piétons sont aussi moins nombreuses, -7% en un an.

Manuel Valls n'a annoncé aucune nouvelle mesure en terme de sécurité routière. Mais de son côçté, le Conseil national de la sécurité routière recommande toujours de baisser la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires (actuellement 90 km/h).

Le prochain Comité interministériel de la sécurité routière doit lui se réunir en milier d'année, sous l'autorité du Premier ministre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.