Le deuxième bulletin "Vélo et déconfinement" de l'association Vélo et territoires le confirme : le nombre de trajets à vélo continue d'augmenter en France, selon les relevés de 182 points de mesure mis en place par des collectivités locales.

Les parisiens font toujours plus de vélo !
Les parisiens font toujours plus de vélo ! © AFP / Hans Lucas / Karine Pierre

La tendance n'a pas été freinée ces quinze derniers jours. Comme nous l'indiquions dans un précédent article, les compteurs installés sur les pistes cyclables de France enregistrent une nette hausse partout dans le pays depuis le début du déconfinement, il y a bientôt un mois. Selon le nouveau bulletin de l'association Vélo et territoires (édité et réactualisé tous les quinze jours), l'usage du vélo a poursuivi sa progression en France après le confinement, avec 87 % de fréquentation cyclable en plus par rapport au début de l'année, en ville comme à la campagne. 

Ce chiffre est établi en comparant la moyenne du nombre de passage du 1er janvier au 17 mars (date d'entrée en vigueur du confinement) comparée à celle du 11 au 31 mai (période depuis le déconfinement). Pour cette mesure, l'association s'appuie sur une sélection de 182 compteurs disposés sur des itinéraires cyclables en milieu urbain, périurbain ou rural. Il faut noter que, si les mois de janvier, février et mars sont théoriquement les moins bons de l'année pour la pratique du vélo, la fréquentation était malgré tout déjà en hausse début 2020, ce qui permet cette comparaison.

Presque 30 % de hausse par rapport à l'an dernier

Comparée à la même période en 2019 (du 11 au 31 mai), la fréquentation des axes cyclables a augmenté de 28 % et cette hausse, qui "confirme une augmentation structurelle de fond" selon l'association, "profite à tous les types de milieux : urbain, périurbain et rural", note Vélo et territoires. Pour 90 % des compteurs examinés, le niveau de fréquentation dépasse désormais celui observé avant le confinement.

L'association relève une progression particulièrement forte les week-end, signe d'une pratique "loisir" qui s'installe en milieu urbain et qui refait son apparition sur l'ensemble du territoire. 

Autre enseignement de la première étude, qui se confirme avec ce second bulletin, notamment en milieu urbain, le lissage des trajets sur la journée. Les pics du matin (autour de 8h) et du soir (18h) sont toujours présents mais le nombre de passages est beaucoup plus haut entre ces deux pics depuis le début du déconfinement qu'avant.  

Le nombre de cyclistes s'est envolé à Paris ou Dunkerque

La hausse sur un an est particulièrement marquée dans les grandes agglomérations ( 54 %) mais aussi dans les villes de moins de 10 000 habitants ( 50 %). Le nombre de cyclistes s'est par exemple envolé à Paris, Lille ou encore à Dunkerque.

De nombreuses villes ont mis en place des pistes cyclables provisoires pour éviter que les usagers des transports en commun ne se reportent en masse sur la voiture par peur du coronavirus, créant des embouteillages et augmentant la pollution de l'air.

Et après ?

À Paris, la maire sortante et candidate à sa réélection Anne Hidalgo a promis 50 km de nouvelles lignes cyclables d'ici à l'été. "Si je suis élue, je ferai en sorte que les aménagements transitoires puissent devenir des aménagements définitifs", a-t-elle également assuré ce jeudi sur France Inter à propos des pistes créées et des rues piétonnisées dans la capitale pour favoriser les déplacements à bonnes distances les uns les autres. 

Le gouvernement, qui a triplé le fonds créé pour encourager la pratique du vélo à 60 millions d'euros, aidera les collectivités à pérenniser ces pistes cyclables temporaires, a promis la semaine dernière la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.