L’homme est apprécié par le Vatican pour son engagement auprès des jeunes marginaux
L’homme est apprécié par le Vatican pour son engagement auprès des jeunes marginaux © MaxPPP

Le père Guy Gilbert est reçu ce vendredi au Vatican à Rome par le pape François. Le « curé des loubards » y a célébré ses 80 ans et ses 50 ans de sacerdoce aux côté du souverain pontife.

Quatre-vingt ans, une gueule de rocker, de l’énergie à revendre, un brin de malice. Et le parler franc : c’est avec ce dernier qu'a dû s’adresser aujourd’hui le père Guy Gilbert au pape François au côté duquel le curé des loubards a célébré, au Vatican à Rome, à l’invitation du souverain pontife, 80 ans sur Terre et 50 ans de sacerdoce.

Blouson de cuir noir et cheveux longs

La messe a été célébrée dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe au Vatican.Guy Gilbert souligne la "simplicité biblique" du moment, une messe de "curé de campagne", tout en soulignant la rupture avec le traditionnel decorum papal et ses courtisaneries.

"C'est vraiment un curé de campagne qui prêche, avec des gestes très humains : on change complètement la vision du Pape", confie ainsi le père Gilbert au micro de Mathilde Imberty :

L’homme au langage vert reconnaissable à son blouson de cuir noir et à ses cheveux longs avait déjà pu saluer François en marge d'une audience place Saint-Pierre. Il avait aussi rencontré Jean-Paul II et Benoît XVI à plusieurs reprises. Contrairement à l'évêque Jacques Gaillot, que François a reçu mardi, 20 ans après qu'il eut été sanctionné par le Vatican pour ses positions contestataires, le père Gilbert est resté dans la ligne de l'Eglise. Il reste même apprécié par le Vatican et l'épiscopat français pour son engagement auprès des jeunes marginaux. Le père Guy Gilbert, qui aura 80 ans le 12 septembre, est l'auteur de nombreux livres à succès comme "la rue est mon Eglise".

Aux côtés des cabossés de la vie

Né dans une famille ouvrière de 15 enfants, l’homme d’église a effectué son service militaire pendant la guerre d'Algérie. Avant de rejoindre Paris en 1970Il a été ordonné prêtre en 1965 pour le diocèse d'Alger. Là, il a commencé à s'occuper des jeunes de la rue livrés à eux-mêmes, les "cabossés de la vie", drogués ou délinquants récidivistes. Pour eux, Guy Gilbert a monté une ferme dans les Gorges du Verdon, "La bergerie de Faucon", pour les réinsérer.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.