un décret pour limiter la vitesse du péripherique à 70km/h
un décret pour limiter la vitesse du péripherique à 70km/h © reuters

Ce vendredi, la vitesse sur le périphérique parisien est abaissée à 70 km/h. Une mesure de la mairie de Paris censée réduire le volume sonore et la pollution de l’air, mais qui n’aura qu’un effet limité selon les experts.

Après un fort épisode de pollution aux particules en décembre dernier, la mairie de Paris a décidé d’abaisser de 10 km/h la vitesse maximale autorisée sur le périphérique parisien. Une mesure effective depuis ce vendredi.

Selon la mairie de Paris, l’abaissement de la vitesse permettra de diminuer de 23% le nombre d’accidents. Cela devrait aussi faire reculer les pollutions sonore et atmosphérique. Aujourd’hui, 1,3 million de véhicules empruntent tous les jours le périphérique, ce qui en fait les voies les plus fréquentées d'Europe.

<img src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2013/04/b5b31f0b-a026-11e2-a0a6-782bcb6744eb/640_dossier_lienemission.jpg" alt="lien image dossier paris porte à porte périph" width="639" height="150" />
lien image dossier paris porte à porte périph © Radio France

Mais au-delà des enjeux économiques, les mesures concernant le périph’ sont aussi politiques. Cela fait trois ans que Bertrand Delanoë, le maire de Paris, voulait faire passer cette mesure. Une décision contestée par l'opposition, qui s'est empressée de réagir.

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP aux municipales à Paris a déjà annoncé qu'elle rétablirait la vitesse maximale à 80 km/h si elle était élue en mars prochain. Selon elle, cette mesure ne réduit ni la pollution, ni le bruit. Elle aurait toutefois bien du mal à modifier à nouveau la vitesse puisqu’il lui faudrait alors l’accord du préfet de police et du ministre de l’Intérieur.

Du côté des experts, on explique que l’abaissement de la vitesse n’aura qu’un effet limité. Au mieux il devrait diminuer le nombre de jours où les normes européennes de pollution aux particules sont dépassées.

La limitation de la vitesse aura un effet d'abord pour les automobilistes […] et les gens vivant près du périphérique. Mais à l'échelle de la région parisienne, cela n'aura pas un grand effet (Karine Léger, ingénieure Airparif)

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) estime quant à elle qu’une évaluation a posteriori sera nécessaire pour mesurer les effets réels de la mesure.

► ► ► Aller plus loin : Interception, périph' parisien : 40 ans et 38 portes

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.