Les restaurants et les bars sont toujours fermés ? Qu'à cela ne tienne : certains n'hésitent pas à vendre de l'alcool à emporter, dans les grandes villes et notamment à Paris, ce qui se finit parfois en apéritif sur le trottoir.

Certains se regroupent pour un apéro sur le trottoir entre amis, après avoir pris un verre à emporter dans un bar.
Certains se regroupent pour un apéro sur le trottoir entre amis, après avoir pris un verre à emporter dans un bar. © AFP / Patricia Huchot-Boissier

Un Spritz sur le trottoir ? Les bars et restaurants sont toujours fermés, même en zone verte, et la décision de leur réouverture ne sera prise que fin mai. Mais en attendant, certains tentent de se réinventer en se lançant dans la vente à emporter et il n’est désormais pas rare de voir des Parisiens un verre d’alcool à la main sur le trottoir, une façon bien française de remplacer les terrasses.

"Quelques bières à emporter"

Derrière le canal Saint-Martin par exemple, dans le 10e arrondissement de Paris, la grille d'un bistrot de quartier est à moitié fermé. Un paravent empêche l’entrée, mais ce sont surtout les habitués qui bloquent joyeusement le passage, comme Julien : "On a mis deux tables dehors. Et on a pris quelques bières à emporter."

À la carte du bistrot, à emporter, des pizzas et autres snacks. Un coin de bar sur un bout de trottoir pour Guillaume : "c'est simplement discuter cinq minutes, croiser les gens sans rester, sans discuter des heures avec eux." Certains traînent plus que d’autres : trois quart d'heures pour Suzanne,  qui a perdu son travail dans le tourisme avec le confinement : "tant que je peux les soutenir, je vais le faire. Les patrons de bar ont des loyers à payer, si nous on est pas là, ils ferment."

Une solidarité à emporter qui réconforte la patronne Alzira, sans ressources depuis deux mois : "ça paye les petites factures. C'est histoire de sortir un petit salaire. J'ai une petite marge de même pas 10% de ce que je peux réellement faire."

Dénonciations sur les réseaux sociaux

Cette pratique de l'apéritif en pleine rue révèle chez certains internautes une âme de poète :

Paris mais pas que : des bars proposent aussi des planches ou des verres à emporter en région, comme à Nantes ou à Calais.

Des initiatives propices aux rassemblements de rue que certains n'hésitent pas à pointer du doigt, photographies à l'appui de Parisiens notamment qui occupent le trottoir verre à la main : 

Est-ce que c'est autorisé ?

C'est un peu au cas par cas. En fonction, notamment, des décisions des différents préfets. À Paris, Nantes ou Rennes, par exemple, la consommation d'alcool sur la voie publique est interdite dans des zones précises. La police demande aux contrevenants de circuler.

À chacun, donc, côté consommateur, de voir ce qui est autorisé et où, dans sa commune. Sachant, on le rappelle, que les rassemblements de plus de dix personnes sont, quoi qu'il en soit, interdits sur la voie publique, alcool ou pas.

Pour ce qui concerne les obligations côté vendeurs, les bars et restaurants ont le droit, en période d'état d'urgence sanitaire, de vendre des boissons à emporter. À condition que cela corresponde à leur licence, notamment la fameuse licence quatre pour l'alcool. Mais pas question, là non plus, de laisser les clients se regrouper devant l'établissement.

Côté police, on dit être surtout dans l'information, faire des rappels réguliers sans verbalisation, sauf provocation. On rappelle que, au-delà des risques pour la santé engendrés par l'abus d'alcool, l'ivresse sur la voie publique peut être punie d'une amende de 150 euros… Covid-19, ou non.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.