Au mois de septembre dernier, deux campements ont été évacués à Paris
Au mois de septembre dernier, deux campements ont été évacués à Paris © MaxPPP

La ville de Paris va consacrer plusieurs millions d'euros à l'accueil des réfugiés, dans le cadre d'un vaste plan qui vise à protéger des femmes et enfants et à intégrer des Parisiens bénévoles.

"2.200 personnes ont été hébergées par l'Etat depuis juin", au moment de la première évacuation de campement illégal à Paris, a expliqué lundi Dominique

Versini, adjointe à la Maire de Paris chargée des affaires sociales. "La problématique des déplacements de personnes n'est pas nouvelle, mais nous sommes dans une situation où les gens arrivent dans des proportions importantes".

Un effort substantiel, de plusieurs millions d'euros, sera réalisé par la collectivité parisienne" selon la municipalité.

Mais "aucune hiérarchie ne doit être faite entre les personnes à la rue", souligne la Ville, qui explique que l'effort en faveur des migrants "ne se fera pas au détriment" des SDF. Le plan prévoit la "mise à disposition de bâtiments et de foncier municipaux" pour installer des centres d'hébergement (le fonctionnement sera assuré par l'Etat). "Chaque fois que nous avons des locaux disponibles, nous les mettons à la disposition de l'Etat", a assuré Dominique Versini.

Beaucoup de chefs d'entreprise

"Beaucoup de personnes ont été chefs d'entreprise ou ont eu un autre métier" dans le pays où ils vivaient. Le plan mise sur l'intégration par l'emploi, avec l'extension aux réfugiés du dispositif "Premières heures" de réinsertion piloté avec Emmaüs Défi. L'Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales) sera partenaire de ce projet pour mieux "communiquer", a souligné l’adjointe.

Une maraude pour les femmes et les enfants

Une maraude spécifique sera mise en place, à destination des femmes avec enfants, avec l'ouverture d'un centre de 50 places d'ici la fin de l'année. Un guide en plusieurs langues sera diffusé à 5.000 exemplaires dès novembre. Le dépôt de demande de dossier de logement sera facilité et un système de parrainage sera mis en place. Une plateforme internet centralisant offres et demandes de bénévoles a été lancée (jemengage.paris.fr). Par ailleurs, le dispositif "louez solidaire" sera adapté aux réfugiés,

A Paris, 500 personnes vivent encore dans un campement, celui du lycée Jean Quarré, dans le XIXe arrondissement. Le 26 septembre, la justice a donné un mois aux occupants pour quitter ce lieu. "On espère régler ça dans les prochains jours", a souhaité Dominique Versini.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.