Fictions pour les enfants, lecture de nouvelles, production personnelle : en pleine pandémie, les artistes et personnalités publiques trompent leur ennui en surfant, en direct de leur bureau ou de leur salle de bain, sur la vague du podcast, support nécessitant peu de moyens, qui peut (parfois) rapporter gros.

Demi Moore, New York, mai 2019
Demi Moore, New York, mai 2019 © Getty / Theo Wargo/WireImage

Cinémas fermés, tournages à l'arrêt, production audiovisuelle au point mort... À défaut de retrouver le chemin des studios, de nombreuses stars américaines ont trouvé celui du micro, enchainant les projets de podcast, bienvenus quand plus aucun scénario ne reste à se mettre sous la dent. D'autant que le support aligne plusieurs avantages : une alternative peu coûteuse, légère à mettre en place (pas de décors, de costumes, de maquillage, d'éclairage), et rapide à produire.

Rob Herting, patron de la société de podcast QCode, qui produit une série d'épisodes avec plusieurs stars (Demi Moore, Rami Malek), raconte ainsi que chaque acteur s'est enregistré chez lui, dans la pièce de son choix en fonction de l'acoustique : "Pour Demi Moore, c'était la salle de bain. D'autres s'enregistraient dans des placards." Et si certains bricolent, c'est tout de même, pour les plus favorisés, avec des outils de luxe : selon Rob Herting, le budget moyen des fictions de sa société oscille entre 100.000 et 500.000 dollars, quand même un film à petit budget coûte au moins "un million".  

Un espace rentable... s'il y a des stars

Cet outil populaire, devenu accessible au commun des mortels, ouvre aussi le champ des possibles pour le 7e art : l'industrie du podcast rapporte évidemment moins que celle du cinéma, de la musique ou de la télévision, mais le secteur est aussi en forte augmentation.

Une étude sur les revenus publicitaires générés par ce support, publiée l'été passé, notait une hausse de près 15% aux États-Unis en 2020, et ce malgré la crise sanitaire : ce revenu s'approche désormais du milliard de dollars, selon le rapport annuel IAB/PwC.  Preuve que les acteurs de cette industrie considèrent désormais cet espace comme "rentable", même si les artisans du podcast, auteurs moins connus mais qui pratiquent ce support depuis de longues années, ont un peu le sentiment de subir le casse du siècle, quand quelques grands noms réussissent à capter en peu de temps, à la faveur de la pandémie, la majorité des investissements du secteur.

Extension du domaine de la marque

Si cela marche d'un coup aussi fort pour les stars, c'est aussi que ce support leur permet de conserver le lien avec un public déjà 'acquis'. En d'autres termes plus commerciaux : le podcast devient simplement l'extension de leur 'marque', déjà rentable sur un simple nom. Avec aussi parfois, la possibilité d'un échange étonnant de bon procédé : les podcasts qui rencontrent un certain succès peuvent aussi devenir des projets d'adaptation sur petit ou grand écran, comme c'est le cas, par exemple, pour le podcast "Dirty Diana", enregistré par Demi Moore, et qui va se voir adapté en série chez... Amazon.

Livres audio pour les enfants ou histoires érotiques pour les grands

Voici quelques exemples de podcasts enregistrés par des personnalités :

Les "people" : Paris Hilton (qui avait déjà exploré le terrain de la téléréalité avec la série tv "the Simple Life" tournée avec Nicole Richie) lance "This is Paris" le 22 février prochain, réalisé par la société iHeartMedia, qui combinerait des programmes courts et des entretiens de 45 minutes. De son côté, le couple princier britannique Meghan et Harry, en attendant son deuxième enfant, a trouvé le temps d'enregistrer "Archewell Audio" pour Spotify.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les politiques : Après ses publications autobiographiques, Michelle Obama poursuit sa petite entreprise avec "The Michelle Obama Podcast", également produit par Spotify. Avant même la fin de son quinquennat ubuesque, l'ex-avocat de Donald Trump, Michael Cohen se justifie, depuis septembre dernier dans un podcast diffusé sur la plateforme d'Apple, "Mea Culpa with Michael Cohen".

Pour les enfants : L'actrice Jamie Lee Curtis s'est lancée l'été dernier dans une série audio pour les plus jeunes, "Letters from Camp", disponible en version américaine sur la plateforme Audible (propriété d'Amazon). Le comédien Matthew McConaughey, lui, s'est glissé dans la peau de "Hank the Cowdog" sur Apple Podcast.

Les rigolos : Chez Apple Podcast, depuis le printemps 2020, l'ex-beau gosse de Hollywood, Rob Lowe, opère un virage réussi avec son podcast comique "Literally with Rob Lowe !" lancé en plein premier confinement mondial. Et un trio d'acteurs composé de Jason Bateman ("Arrested Development"), Sean Hayes et Will Arnett sévit dans "Smartless".

Les audacieux : L'actrice Demi Moore fait dans l'érotique avec "Dirty Diana", l'histoire d'une épouse qui s'ennuie et gère un forum web où des femmes racontent leurs fantasmes. Amazon a récupéré les droits d'adaptation de ce podcast diffusé sur la plateforme d'Apple. Et Kim Kardashian, qui milite désormais pour une réforme de la justice pénale américaine, et pour plus de justice en général à l'égard de la population noire, s'est engagée l'été dernier avec Spotify pour produire un podcast sur la justice pénale (aucune date de sortie pour le moment), avant de passer elle-même le concours du barreau en 2022.