De nouveaux prix du tabac entrent en vigueur ce vendredi, sous l'effet d'une hausse des taxes prévues par le gouvernement. Le paquet de cigarettes va augmenter de 50 à 60 centimes, soit une hausse de 5 à 8% selon les marques.

Un marchand de tabac prenant un paquet de cigarettes à Vertou dans l'ouest de la France, le 27 décembre 2016.
Un marchand de tabac prenant un paquet de cigarettes à Vertou dans l'ouest de la France, le 27 décembre 2016. © AFP / Loic Venance

Le prix du paquet de vingt cigarettes augmente, suite à un arrêté ministériel daté du 30 janvier qui prend effet dès ce vendredi 1er mars. La hausse est comprise entre 50 et 60 centimes, soit une augmentation 5 à 8% du prix selon les marques. Les paquets de Marlboro Red et Marlboro Gold, de 20 unités par exemple, passent de 8,20 à 8,80 euros. Même chose pour les paquets de Gauloises Brunes et Gitanes, qui passent respectivement de 9 à 9,50 euros et de 9,40 à 9,90 euros.

Le gouvernement, qui poursuit sa lutte anti-tabac, respecte le calendrier initialement annoncé en 2017 prévoyant d'augmenter les prix par deux vagues successives chaque année. L'objectif, d'ici novembre 2020, est de passer le prix du paquet de vingt cigarettes à 10 euros. Pour l'exécutif, c'est un enjeu de santé publique. On estime que le tabac, responsable de cancers et de maladies cardiovasculaires, est responsable de la mort de 75 000 Français tous les ans. Ces mesures doivent inciter les fumeurs à arrêter de fumer en les accompagnant dans leur démarche, tout en rendant les produits moins accessibles et attractifs auprès des jeunes.

En 2017, un million de fumeurs en moins

Les mesures prises par le gouvernement sont-elles efficaces ? On peut le penser, au regard des chiffres du dernier baromètre de Santé publique France, publié en mai 2018 à l'occasion de la journée Mondiale sans Tabac. 

En 2017, la France comptait un million de fumeurs quotidiens en moins. C'est un chiffre historique, qui peut s'expliquer par l'application du Plan national de réduction du tabagisme (PNRT) via le lancement de multiples opérations comme le Mois sans Tabac, et la création de l'application Tabac info service, en lien avec l'Assurance maladie.

Les fumeurs sont moins nombreux parmi les hommes de 18-24 ans, de 45 à 54 ans et aussi parmi les femmes âgées entre 55 et 64 ans. En analysant les chiffres, on s'aperçoit qu'en 2017, 26,9% des personnes déclaraient fumer quotidiennement, soit une baisse de 2,5 points par rapport à 2016.  "Ces premiers résultats encourageants, en particulier parmi les plus jeunes adultes et les plus défavorisés, incitent à poursuivre les actions menées", ajoute l'Institut de Veille sanitaire.

© Visactu

La vente du tabac est aussi en baisse. La Direction générale des douanes et droits indirects a publié le 6 février 2019 les données relatives aux ventes de tabac en France. En janvier 2019, elles ont diminué de 8,5 % en un an.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.