Christian Cabrol, chirurgien connu pour avoir réalisé la première greffe cardiaque en Europe en 1968, est mort des suites d'une longue maladie ce vendredi.

Le professeur Cabrol, en 2000 à la Pitié-Salpêtrière
Le professeur Cabrol, en 2000 à la Pitié-Salpêtrière © AFP / MARTIN BUREAU

On lui doit des progrès colossaux dans le domaine de la chirurgie cardiaque : le professeur Christian Cabrol est mort, ce vendredi matin, des suites d'une longue maladie, a annoncé l'un de ses anciens collaborateurs, Iradj Gandjbakhch.

Né le 16 septembre 1925 dans l'Aisne, le Pr Cabrol est décédé à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, le lieu qui lui a valu sa renommée. C'est là qu'il y a presque 50 ans, en avril 1968, quatre mois après une première expérience menée par le Pr. Barnard au Cap (Afrique du Sud), Christian Cabrol a réalisé la première greffe cardiaque d'Europe. Bien que le patient, âgé de 66 ans, n'ait survécu que 53 heures après l'opération, cet exploit a marqué l'histoire de la médecine.

Nombreuses innovations

Et pourtant, le milieu médical s'était montré très réticent à l'idée de cette greffe. "Certains pensaient qu'il fallait être un peu fou", confiait le chirurgien en interview. Mais son expérimentation va trouver une résonance dix ans plus tard, à l'arrivée des cyclosporines, puissants médicaments anti-rejet.

Ce professeur "extrêmement humain et proche de ses patients" selon son ancien collaborateur a ensuite poursuivi dans la voie de la chirurgie cardiaque : en 1982 il a été le premier en France à réaliser une transplantation cardio-pulmonaire. Et en 1986 il a été le premier à implanter à un patient un coeur artificiel, le Jarvik 7, conçu pour remplacer un coeur défaillant dans l'attente d'une greffe.

Egalement Conseiller de Paris et député européen

Après ses exploits chirurgicaux, le Professeur Cabrol a dirigé l’association France Transplant à partir de 1989, chargée à l'époque des prélèvements d'organes. La même année, il a fondé l'Association pour le développement et l'innovation en cardiologie (Adicare), qui a contribué à la création de l'Institut de cardiologie de la Pitié-Salpêtrière.

Il a également eu un engagement politique à droite en parallèle de ses activités médicales : membre du RPR puis de l'UMP il a été conseiller de Paris entre 1989 et 2008, et adjoint au maire Jean Tibéri entre 1995 et 2001. Il a également été député européen entre 1994 et 2001.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.