Le projet du barrage de Sivens controversé,  Lisle-sur-Tarn, sud de la France, 06 mars 2015
Le projet du barrage de Sivens controversé, Lisle-sur-Tarn, sud de la France, 06 mars 2015 © FREDERIC SCHEIBER/epa/Corbis

C’est en toute discrétion, le jour du réveillon de Noël, que l’État a officialisé l’abandon du projet initial de Sivens. Les préfectures du Tarn et du Tarn-et-Garonne ont signé l’arrêté qui abroge la déclaration d’intérêt général du barrage.

Ce premier projet, porté par les collectivités, prévoyait une retenue d’eau d’une capacité de 1,5 millions de mètres cube, sur une quarantaine d’hectares et 4 mètres de profondeur. Il avait suscité une vive controverse environnementale. Les manifestations avaient conduit à la mort de Rémi Fraiss e. Ce militant écologiste a été tué par une grenade offensive lancée par un gendarme le 26 octobre 2014 sur le site du barrage.

L’abandon du projet était attendu. Au début du mois, l’Etat s’était déjà engagé à vers 3,4 millions d’euros de compensation au département du Tarn : 2,1 millions pour les dépenses en pure perte, et 1,3 millions pour réhabiliter la zone humide.

Mais les partisans du premier projet de barrage ont fait part de leur déception. Pour le sénateur divers-droite du Tarn et Garonne François Bonhomme , l’État essaie de jeter un voile pudique sur un renoncement.

Prendre un arrêté le 24 décembre est déjà suspect. Le faire un pour enterrer un projet sans oser le dire, ce n’est pas le signe de la clarté qui devrait prévaloir. C’est une défaite lourde pour toutes les collectivités qui ont porté ce projet. On a un sentiment de gâchis budgétaire.

Sivens « light ».

Un autre projet, deux fois plus petit et situé 300 mètres en amont est à l'étude et devrait être lancé prochainement. Il est défendu par les syndicats agricoles pour des questions d'irrigation. Surnommé le"Sivens light", il est combattu par les zadistes qui estiment que le barrage est inutile et que les petites retenues d'eau collinaires alentours sont suffisantes aux besoins d'irrigation.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.