Les zadistes occupent la parcelle du futur aéroport depuis presque dix ans.
Les zadistes occupent la parcelle du futur aéroport depuis presque dix ans. © MaxPPP

François Hollande a annoncé jeudi soir qu’un référendum local déterminera l’avenir du projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes près de Nantes. Une annonce qui fait polémique sur la forme et sur le fond.

Le président de la République essaye donc de sortir de l’impasse avec ce référendum. Dans le gouvernement Valls 3, il a choisi de faire revenir non seulement les écologistes parmi lesquels leur chef de file Emmanuelle Cosse mais dans le même temps, Jean-Marc Ayrault qui fait son retour lui au poste de ministre des Affaires étrangères.

Ce dernier s’est battu dès 2007, alors qu’il était député-maire de Nantes, pour que cet aéroport voit le jour. De son côté, Cosse a répété ce vendredi matin sur l’antenne de France inter «je suis opposée à ce projet et je ne changerai pas de point de vue la dessus. »

Le chef de l’Etat a donc annoncé hier que le référendum se déroulera avant cet automne puisque les travaux doivent démarrer au mois d’octobre. « Si c’est oui et que la population veut cet aéroport, alors tout le monde devra accepter cette décision», a-t-il prévenu.

ONG environnementales prudentes

Pour leurs part, les ONG environnementales ont accueilli avec beaucoup de prudence cette annonce du référendum souhaitant d’abord en savoir plus quant aux conditions et aux modalités ce vote.

Ce projet d’aéroport est né en 1970 et c’est en 2007, que débute le premier squat sur l’une des parcelles. Depuis, la querelle entre Jean-Marc Ayrault et les Zadistes (militants qui occupent la zone rurale où devait être construit le futur aéroport) n’a jamais cessé.

Ces militants continuent à occuper les parcelles de l'éventuel aéroport. L'un d'entre eux réagi à l'annonce de François Hollande au micro de Sandy Dauphin :

45 sec

L'un d'entre eux réagi à l'annonce de François Hollande au micro de Sandy Dauphin :

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.