une méprise à l'origine de "l'affaire" du furosémide
une méprise à l'origine de "l'affaire" du furosémide © reuters

Après l'alerte sanitaire lancée en juin, le Furosémide du laboratoire Teva est de retour aujourd'hui dans les pharmacies. Ce diurétique traite 800.000 patients dont 57.000 utilisent le produit du laboratoire visé par l'interdiction de commercialisation.

Une simple méprise était à l'origine du rappel exceptionnel du Furosémide Teva 40 mg, dont l'inversion supposée avec un somnifère avait conduit justice et pouvoirs publics à diligenter des enquêtes en relation avec plusieurs décès.

Le parquet de Paris a classé sans suite fin juin l'enquête préliminaire sur le Furosémide "en l'absence d'infraction". Une erreur de conditionnement, voire une malveillance, avaient un temps été soupçonnées.

L'alerte avait été donnée le 8 juin par un pharmacien de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) dont l'une des patientes avait signalé une inversion présumée entre le diurétique Furosémide et le somnifère Zopiclone, deux médicaments des laboratoires Teva.

Les explications de Daniele Messager

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.