Manifestation de sensibilisation aux difficultés des éleveurs
Manifestation de sensibilisation aux difficultés des éleveurs © Maxppp / Marlene Awaad

Selon une analyse de l'Institut de veille sanitaire, près de 500 suicides ont été recensés parmi les agriculteurs français sur les années 2007, 2008 et 2009. Ce qui en fait la troisième cause de décès après le cancer et les maladies cardiovasculaires.

C'est la première étude de ce type, et elle doit permettre de produire "des indicateurs réguliers" sur la mortalité paysanne. L'étude a porté sur environ 500.000 personnes chaque année (68% d'hommes et 32% de femmes). Sur les trois ans, on a compté 2.769 décès : 485 sont des suicides.

"Un excès significatif de suicides a été observé chez les hommes exploitants agricoles à partir de 2008, comparativement à la population générale de même âge", relève l'inVS dans son rapport.

Par rapport au reste de la population, on compte 28% de suicides en plus chez les agriculteurs en 2008 (22% en 2009). Le phénomène touche particulièrement les hommes entre 45 et 64 ans, surtout dans les filières d'élevage.

Les précisions de Véronique Julia.

Le ministère de l'Agriculture a lancé en mars 2011 un plan de prévention du suicide dans le monde agricole. Il existera d'ailleurs prochainement un numéro national d'appel, à l'image de SOS Suicide ou SOS Amitiés, pour les agriculteurs.

Stéphane Le Foll se dit "conscient que la difficulté financière de certains exploitants peut occasionner des situations de détresse".

Ce sont souvent des problèmes financiers qui poussent les agriculteurs au suicide. Le reportage de Pierre Viaud, de France Bleu Berry

"Les chiffres sont dramatiques" mais "c'est une situation qu'on ne découvre pas, ça fait quelques années qu'on est alertés", a témoigné Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA.

Pour le syndicaliste agricole, il y a trois raisons principales à ce phénomène : la pression administrative qui s'accentue sur les agriculteurs, la crise économique, avec "une situation très tendue en particulier dans le monde de l'élevage", et l'isolement de certains chefs d'exploitation.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.