Eurostat publie une étude selon laquelle un décès sur trois (577 500 personnes) aurait pu être évité dans les pays de l'UE en 2013, en prenant en compte les connaissances et les technologies médicales actuelles. La France se classe au premier rang de cette étude avec seulement 23,8% de décès qui auraient pu être évités chez les moins de 75 ans. On parle de décès qui n'auraient pas dû avoir lieu si des soins efficaces avaient été prodigués à temps (crises cardiaques et accidents cardiovasculaires sont les principales causes). Les crises cardiaques (6%) et AVC (5,7%) sont parmi les plus petit taux de décès en France en comparaison avec l'UE (respectivement 13% et 8,7%).

Les résultats très contrastés de cette étude montrent que Danemark (27,1%), Belgique (27,5%), Suisse (27,5%) et Pays-Bas (29,1%) ont également un système de santé efficace avec moins de 3 décès sur 10 évitables. En revanche, les chiffres de la Grèce (37,1%), Tchéquie (39,3%), Hongrie (41,5%) ou encore la Roumanie (49,4%) nous donnent une idée sur les politiques de santé de ces pays. Cet indicateur de mortalité évitable n'est pour autant pas une mesure définitive de la qualité des soins.

Première marche du podium pour le système de santé français - source Visactu
Première marche du podium pour le système de santé français - source Visactu © Radio France

ALLER PLUS LOIN

►►Les maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité chez les femmes

►►Comment prendre bien soin de son coeur ? - Réécoutez La tête au carré

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.