3 semaines de Tour de France... presque aussi efficace qu'une année de cours de géographie !

1938 les paysages de l'Hexagone

Le Tour se veut une vitrine de la France, rurale ou industrielle, mais toujours authentique. C’était particulièrement vrai en 1938, période ou le nationalisme s’exacerbait.Et du coup Henri Desgranges, l’inventeur de l’épreuve ne faisait pas dans la dentelle quand il décrivait l’émotion qui l’étreignait à l’idée de retrouver tous ces paysages.

42 sec

Desgrandes ému par les paysages de France

Lecture

1947 le Sud

Suivant les années, le Tour arrive plus ou moins tôt dans le Sud de la France, et en général, le soleil et la chaleur jouent un grand rôle dans le déroulement des étapes. Mais dans les plaines provençales ou le long de la côte languedocienne, le vent contrarie souvent l’avancée du peloton, générant des progressions en éventail. Des étapes souvent appelées « étapes de transition », mais dans lesquelles les leaders doivent donc rester très vigilants.

### 1948 sur la route du Bordelais L’Aquitaine fait partie des régions n’ayant jamais accueilli le départ du Tour de France. Mais la capitale régionale Bordeaux, reste la ville la plus fréquentée par le peloton.Depuis la création du Tour en 1903, Bordeaux a été ville étape 79 fois (en 100 éditions). Qu’ils y arrivent par le Nord ou par le Sud, les coureurs s’y disputent en général l’arrivée au sprint faute de relief important aux alentours. ### 1952 les Alpes Pour faire vraiment le tour de l’Hexagone, il est impératif de passer par ses massifs frontaliers. Et donc les Alpes tiennent un grand rôle dans le déroulement de la course.Qu’on les aborde au début ou en fin de parcours, avant ou après les Pyrénées, les cols alpins déterminent souvent la hiérarchie du Tour. Et pour les organisateurs, c’est l’occasion de rassembler un public nombreux et enthousiaste sur les bords de la route, tout en fournissant aux médias, comme ici en 1952 entre Bourg d’Oisans et Sestrières, des décors somptueux pour raconter l’épopée. ### 1964 le grand Ouest Pas toujours visitées par le Tour, Bretagne et Normandie sont pourtant des régions de vélo. Et l’engouement sur les routes y est toujours considérable.D’ailleurs, les deux quintuples vainqueurs français, son natifs de l’Ouest : « Maître Jacques » Anquetil avait vu le jour à Mont-Saint Aignan désormais en Seine-Maritime et « Le Blaireau » reste associé à sa ville natale d’Yffiniac dans le Côtes d’Armor.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.