Ce week-end, n'oubliez pas de reculer votre montre d'une heure. Ce sera peut-être l'une des dernières fois. La commission européenne exprime la volonté d'en finir avec ce rituel. Et ça ne fait pas les affaires des compagnies aériennes qui ont bien peur de s'y brûler les ailes.

L'impact du changement d'heure sur le transport aérien
L'impact du changement d'heure sur le transport aérien © Maxppp / Bruno Levesque / IP3

Si cette fois, on va gagner une heure de sommeil, chaque printemps le fait d'avancer le réveil d'une heure fait perdre, aux plus paresseux, un temps de sommeil précieux. Pour eux, et pour vous peut-être, l'abandon du changement d'heure est une bonne nouvelle, mais pour les compagnies aériennes, c'est clairement l'angoisse. Cette histoire d'aiguille les déboussole.  

Un ciel réglé comme une horloge suisse sur la base du changement d'heure

Pour Pierre-Olivier Bandet, directeur de la flotte et du réseau chez Air France, "on peut basculer dans un monde où le changement d'heure n'existe plus, mais ça nous demande de revoir à peu près tous nos horaires pour vérifier que d'un point de vue commercial, on n'arrive pas trop tard, la nuit, à l'autre bout du monde". Ce cadre de la compagnie ajoute : "tout ça est réglé, optimisé, pour fonctionner au mieux, depuis 40 ans, sur la base du changement d'heure". En clair, le ciel est réglé comme une horloge suisse. 

Des vols en sursis si tout est fait n'importe comment

Aujourd'hui, dans un aéroport, tout changement d'horaire doit faire l'objet d'une demande qui ne peut s'effectuer que deux fois par an. Le calendrier est donc serré. Et pour l'été prochain les compagnies ont même déjà fait part de leurs souhaits. "Si le changement d'heure de l'été prochain n'avait pas lieu, il faudrait qu'on le sache dès maintenant", s'alarme Pierre-Olivier Bandet. "Dans le cas contraire, on s'exposera à de sérieux problèmes d'organisation."   

Si tout devait être fait à la hâte, du jour au lendemain, sans concertation, certaines compagnies préviennent déjà qu'elles seraient obligées de supprimer des dizaines, voire des centaines de vols. Tout serait alors déréglé.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.