environ 1.200 bouteilles de vin de l'élysée mis aux enchères fin mai
environ 1.200 bouteilles de vin de l'élysée mis aux enchères fin mai © reuters

Deux sénateurs, Catherine Deroche (UMP) et Yves Daudigny (PS), présentent ce mercredi matin un rapport sur les taxes dites "comportementales". Ses conclusions pourraient inspirer la future loi de santé publique de Marisol Touraine. Parmi les préconisations du rapport : augmenter la fiscalité du tabac, quadrupler la TVA pour les boissons sucrées. Pas question, en revanche, de toucher au vin.

Le verre de vin est l'alcool le moins taxé : dix fois moins qu'un demi de bière, 62 fois moins qu'un verre de whisky ! Partant de ce constat, les sénateurs ont tenté de savoir si une taxation plus lourde pouvait permettre d'améliorer la santé publique. Mais taxer le vin pour cette raison fait hurler les vignerons.

Audrey Bourolleau est la déléguée générale de l'association "Vin et Société", principal lobby du secteur :

Le vin, c'est 150 Rafales vendus par an sans faire de bruit !

L'association a lancé une campagne sur internet, intitulée "Ce qui va vraiment saouler les Français", pour interpeller les pouvoirs publics, et a reçu des soutiens spontanés de nombreuses personnalités, comme le comédien Pierre Arditi, les rugbymen de l'équipe de Montpellier, Yoan Audrin, Eric Escande et François Trinh-Duc, ou encore le chef sommelier d'Anne-Sophie Pic, Denis Bertrand :

Un coup de comm' visiblement efficace. Les sénateurs ont finalement décidé de ne pas proposer de taxer le vin dans leur rapport car, expliquent-ils, cela ne permettrait pas d'améliorer de façon significative la santé publique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.