Après leur première rencontre avec les journalistes de France Inter, les élèves de la 4ème3 du collège Louis Pasteur doivent maintenant décider du lieu de reportage.

Les élèves ont décidé de travailler sur la ville du Havre, qu'ils ont sous leurs pieds.
Les élèves ont décidé de travailler sur la ville du Havre, qu'ils ont sous leurs pieds. © Radio France / Alfred Aurenche

Interclass' : le carnet de bord d'Alfred Aurenche avec les collégiens de Mantes-la-Jolie (2/5)

Les propositions de reportage fusent. Tous les élèves présents au CDI, ont des suggestions : "Madame, pourquoi on va pas à Primark, les habits ne sont pas chers et y'a toujours du monde ?" demande un élève. "Euh on pourrait pas aller au Bataclan, pour voir comment ils vont après les attentats ?" lâche un garçon assis dans le fond. Cette deuxième séance, consacrée au choix du lieu de reportage prend des allures de foire d'empoigne.

Alors comme dans toute bonne démocratie qui se respecte, on vote. Trois lieux sont retenus. Deauville, Le Havre et le Parc des Princes. Beaucoup veulent aller voir la mer. Un lieu c'est bien, mais encore faut-il savoir ce que l'on va y faire. La classe est donc dispatchée en trois groupes et est invitée à réfléchir sur les sujets "faisables" dans ces lieux. Josué, Thomas, Jako, Thanusini, Clémence et Elodie forment un groupe.

A la mer.... mais pas pour bronzer !

"J'aime pas le foot, je veux aller voir la mer au Havre ou à Deauville" clame Elodie. Les filles acquiescent timidement. Ce sera Deauville ou Le Havre mais pas seulement pour voir l'Océan Atlantique. "Il y a eu la guerre au Havre non ?" interroge Thanusini. "Ah oui on pourra aller là-bas demander aux gens du Havre s'ils avaient peur de la guerre !" renchérit Elodie.

Elodie justement étonne par sa vivacité et son sourire au milieu de ses camarades encore un peu endormis. Aucun n'écoute la radio, " que BFMTV, France 2 ou France 24" assurent-ils. "Moi je m'informe mais qu'à la télé !" précise Elodie. Elle veut d'ailleurs devenir basketteuse plus tard. A 14 ans, ils savent tous ce qu'ils veulent faire : médecin, dessinateur, ingénieur ou même technicien à Radio-France.

L'évocation d'une sortie toute une journée illumine leurs visages. Tous s'accordent, ils veulent travailler sur les vestiges de la guerre dans la ville du Havre « Mais on ira leur demander avec le micro, l'enregistreur et tout ? » demande Thomas avec des gros yeux. La séance se termine...par un devoir : mettre leurs questions au propre pour la prochaine fois, où, promis, on se servira des Nagra.

ECOUTER AUSSI I Interclass', c'est aussi une rencontre tous les dimanches matins avec les équipes qui participent au projet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.