Avant d'aller au Havre, le groupe se transforme en rédaction. Tout le monde s'active pour trouver des contacts et être au point avec le matériel d'enregistrement.

Les élèves se répartissent les postes et n'hésitent pas à montrer qu'ils sont journalistes.
Les élèves se répartissent les postes et n'hésitent pas à montrer qu'ils sont journalistes. © Radio France / Alfred Aurenche

Interclass' : le carnet de bord d'Alfred Aurenche avec les collégiens de Mantes-la-Jolie (3/6)

"Mais là on peut dire qu'on est de vraies journalistes en fait !" : Elodie et Nesrine sont aux anges. Elles doivent contacter le guide que l'on vise pour notre reportage. Objectif : visiter un des abris chirurgicaux du Havre construit pendant la 2ème Guerre Mondiale. Il abritait des blessés lors des bombardements sur la ville. Mais avant de pouvoir s'engouffrer dans ce lieu, il va falloir s'organiser.

Alors la petite équipe met son bleu de travail. Nesrine, Christine, Leizor et Clémence font des recherches sur Internet pour trouver des numéros de téléphone et des adresses mails. Elodie et Naïm s’entraîne à manipuler le nagra.

"Ah en fait, il faut appuyer deux fois sur le bouton rouge pour que ça enregistre !" s'exclame Elodie. Bien parler dans le micro et toujours suivre la bouche de son interlocuteur quand il parle sont des règles difficiles à intégrer. "Je pense jamais à ramener le micro vers moi quand je pose une question" confesse Naïm. "Ouais je t'entends pas bien dans le casque" abonde Elodie hilare.

La petite rédaction est en pleine ébullition. Nesrine arrive avec plein de nouveaux numéros sur sa feuille. "On va devoir les appeler !" affirme-t-elle. Ni une ni deux, elle prend une feuille de papier et note les questions qu'elle va poser au téléphone à notre cible du jour.

Nesrine a préparé son intervention au téléphone pour caler le reportage au Havre.
Nesrine a préparé son intervention au téléphone pour caler le reportage au Havre. © Radio France / Alfred Aurenche

Rendez-vous le 22 février

Elle ne se démobilise pas lorsque, Jean-Paul Carnet, un de nos interlocuteurs du jour lui répond. L'échange est constructif. "Alors, alors il t'a dit quoi ?" lui demandent ses camarades, ébahis par sa prestation. Son visage s'illumine : "Il nous propose un rendez-vous pour découvrir l'abri le 22 février".

Tout le monde s'active, "il faut noter les questions pour ne pas les oublier la prochaine fois", conseille Leizor, qui en a déjà rédigé une bonne douzaine. "Il faut aussi des témoins de la guerre non ?" s'inquiète Nesrine. "J'espère qu'il y en a qui sont toujours vivants" grimace Naïm.

Un à un ils posent ils posent leurs questions à blanc au Nagra "sans oublier d'appuyer deux fois sur le rouge". La curiosité est donc complètement éveillée, et le reportage peut commencer.

ECOUTER AUSSI I Interclass', c'est aussi une rencontre tous les dimanches matins avec les équipes qui participent au projet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.