Sécurité renforcée devant une synagogue à Lyon, le 15 janvier dernier.
Sécurité renforcée devant une synagogue à Lyon, le 15 janvier dernier. © PhotoPQR/Le Progrès

Le nombre d'actes antisémites a doublé en 2014 en France, accusant une hausse de 101% par rapport à 2013, selon le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). François Hollande annonce qu'un plan global de lutte contre le racisme et l'antisémitisme sera présenté fin février. Quelque 851 actes antisémites ont été enregistrés en 2014, contre 423 en 2013, indique le Crif, qui cite les chiffres du service de protection de la communauté juive (SPCJ) établis à partir de données du ministère de l'Intérieur. Le nombre des actes avec violences physiques est quant à lui passé de 105 en 2013 à 241 en 2014, soit une augmentation de 130%.

Le "point critique a été dépassé", note le Crif dans son communiqué :

Cette tendance confirme bien malheureusement la persistance, voire le renforcement des préjugés antisémites en France, parfois leur radicalité croissante qui fait qu'on passe de l'insulte à la violence, de la violence au terrorisme.

Les sanctions contre le racisme et l'antisémitisme renforcées

C'est dans ce contexte que François Hollande s'est exprimé ce matin au Mémorial de la Shoah à Paris, où il a rendu hommage aux 76.000 Juifs de France déportés sous le régime collaborationniste de Vichy. Le chef de l'État a annoncé que le gouvernement présenterait "d'ici la fin du mois de février un plan global de lutte contre le racisme et l'antisémitisme".

"Sécurité", "transmission" vers les jeunes générations et "régulation du numérique" seront les principes de ce plan. Pour François Hollande, la hausse des actes antisémites sont "depuis plusieurs années une réalité insupportable".

Le fléau [de l'antisémitisme] conduit certains Juifs à s'interroger sur leur présence en France. Vous, Français de confession juive, votre place est ici. La France est votre patrie.

Le président a confirmé un renforcement des sanctions contre le racisme et l'antisémitisme, comme l'avait déjà annoncé la Garde des Sceaux Christiane Taubira : généralisation dans le code pénal de la circonstance aggravante de racisme ; faire sortir les injures et diffamations à caractère raciste ou antisémite du droit de la presse pour les introduire dans la code pénal ; confier à l'autorité administrative la possibilité de bloquer les sites internet de haine raciste ou antisémite

Invité du journal de 13 heures de France Inter, le président du Crif Roger Cukierman a salué "le discours qu'on attendait", soulignant que les autorités devaient prendre "toutes les mesures pour faire en sorte que les Juifs se sentent pouvoir vivre confortablement dans ce pays sans être menacés".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.