Le Congrès francophone d'allergologie est réuni jusqu'à vendredi à Paris pour évoquer cette année les allergies alimentaires. En dix ans, leur fréquence a plus que doublé.

10% de la population française souffre d'allergies alimentaires
10% de la population française souffre d'allergies alimentaires © AFP / GARO / Phanie

Les allergies alimentaires ne représentent que 8% des allergies en général mais elles sont de plus en plus fréquentes. Environ 10% de la population est aujourd'hui touchée par une allergie alimentaire qui, dans les cas les plus graves, peut aller jusqu'au choc anaphylactique voire la mort.

Pour les spécialistes, leur augmentation est due à notre environnement et à notre mode de vie qui dérègle notre système immunitaire. La professeure Jocelyne Just est présidente de la société française d'allergologie :

On est tous colonisés par des microbes qui sont bons pour nous sur la peau, sur les muqueuses, qui éduquent notre système immunitaire dans le bon sens pour nous défendre. Ces microbes changent en fonction de notre environnement. Mais on a des microbes qui ne font pas leur boulot et on dévie vers l'allergie ou les maladies auto-immunes qui ont les mêmes origines.

La présidente de la société française d'allergologie impute également la hausse de ces allergies à "la pollution atmosphérique et aux perturbateurs endocriniens qui peuvent fabriquer de nouvelles allergies et de l'asthme".

En effet, les allergies respiratoires et alimentaires sont souvent liées. Depuis dix ans, les allergies à la pomme augmentent à cause des bouleaux massivement plantés en région parisienne. "Il y a une parenté antigénique entre le bouleau et certains fruits et légumes, on est devenu allergique à la pomme, à l'arachide et aux fruits à coque", explique la professeure Jocelyne Just.

Pour tenter de désensibiliser les personnes allergiques, les médecins leur font ingérer des doses croissantes d'allergènes, de l'arachide par exemple, pour les rendre tolérantes sur le long terme. Un acte qui ne se fait qu'en milieu hospitalier, sous étroite surveillance.

ÉCOUTER | Le reportage de Véronique Julia

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.