Des manifestants anti IVG à Paris
Des manifestants anti IVG à Paris © Reuters

Ils étaient 16 000 selon la police, 40 000 selon les organisateurs à manifester à Paris contre l'avortement, à la veille d'un débat à l'Assemblée nationale sur un projet de loi visant à assouplir le recours à l'IVG en France.

Des jeunes et des personnes âgées, des familles, quelques prêtres en soutane, tous opposés à l'avortement, entre Denfert Rochereau et les Invalides à Paris, dans la "Marche pour la vie". Cette manifestation se tient presque chaque année, mais cette fois-ci, c'est un peu particulier : les opposants à l'avortement sont galvanisés par l'exemple de l'Espagne, qui vient de restreindre le droit à l'avortement à certaines conditions strictes. Ils étaient donc nombreux à s'être vêtus de rouge et d'or, pour saluer le voisin ibérique.

Par ailleurs, les manifestants s'opposent vivement au projet de loi débattu lundi à l'Assemblée nationale, et notamment au point qui prévoit de supprimer la notion de "situation de détresse" pour justifier une IVG. Une autre disposition suscite leur colère : celle qui étend le "délit d'entrave à l'IVG" à "toute information donnée à une femme enceinte qui n'évoque pas la possibilité d'avorter".

Cécile Edel, présidente de "Choisir la Vie", l'une des organisatrices de la marche

Aujourd'hui, en France, c'est facile d'avorter. Pourquoi en faire un véritable droit ? Cela va même à l'encontre de la convention européenne qui érige le principe du droit à la vie comme fondamental.

Et en réponse aux anti-IVG, une contre manifestation était organisée place d'Italie, à l'invitation du Syndicat du travail sexuel et de féministes. Elle a rassemblé entre 200 et 300 personnes.

► ► ► POUR ALLER PLUS LOIN | IVG : En Europe, les règles ne sont pas les mêmes partout

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.