Les calanques de Cassis
Les calanques de Cassis © corbis

Depuis près de 50 ans, l'usine d'alumine de Gardanne déverse ses déchets dans les calanques de Cassis. Son autorisation arrive à terme. La société demande une prolongation de 30 ans. L'enquête publique démarre ce lundi dans les Bouches-du-Rhône.

L'enquête va durer jusqu'au 25 septembre. Elle doit réunir les avis sur un éventuel renouvellement de l'autorisation de rejets des déchets de l'usine d'alumine de Gardanne (Bouches-du-Rhône). Cela fait déjà 50 ans qu'elle peut déverser des "boues rouges" au large des Calanques entre Marseille et Cassis, au milieu du Parc national des Calanques.Mais cette autorisation expire le 31 décembre 2015.

Bras de fer entre l'usine et le ministère de l'Ecologie

En septembre, le conseil d'administration du Parc national des Calanques avait annoncé qu'il allait prolonger de 30 ans la dérogation accordée à l'industriel pour rejeter en mer des résidus liquides. Une première enquête publique était prévue au printemps dernier, mais la préfecture a finalement demandé des études complémentaires pour mieux encadrer les débats sur ce sujet très sensible. Pour le ministère de l'Ecologie, il s'agissait notamment de faire des prélèvement d'espèces de poissons, pour établir les effets de ces boues.

Les accords internationaux interdisent de toute façon, à partir du 31 décembre, de rejeter des déchets solides dans la Méditerranée. Mais l'industriel compte utiliser la même conduite pour évacuer des rejets liquides, qu'il juge inévitable.

La préfecture indique, "(qu')après clôture de l'enquête publique et remise du rapport de la commission d'enquête, le dossier sera soumis à l'avis du conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST) ainsi qu'au conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT)", puis "au vu de l'ensemble des avis", le préfet des Bouches-du-Rhône "prendra sa décision".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.