La moitié des cadres sondés consulteraient leurs mails alors qu'ils sont dans leur lit
La moitié des cadres sondés consulteraient leurs mails alors qu'ils sont dans leur lit © MaxPPP

Selon une étude réalisée par Adobe, les cadres français consacrent plus de cinq heures et demie devant leurs mails, que ce soit pour les lire, les transférer ou y répondre. En Occident, 42% des cadres les consulteraient d’ailleurs… dans leur salle de bain.

Chronophage, les mails ? Oui, à en croire une récente étude conduite par Adobe : à son terme, on y découvre qu’en moyenne, les cadres français passent 5,6 heures par jour à consulter leurs mails. Que ce soit pour les lire, y répondre, les transférer…ou plus simplement les trier ou les supprimer. C’est un peu moins que chez les cadres américains, pour qui la moyenne passe à 6,3 heures par jour.

De la couette à la salle de bain

Aux Etats-Unis, le chiffre monte à 6,3 heures quotidiennes. Dans le détail, les cadres interrogés passent autant de temps sur leurs e-mails personnels que professionnels. Dans leur grande majorité, les sondés consultent ces messages en dehors de leur poste de travail. Dans le détail, la moitié des cadres lisent leurs mails alors qu’ils sont dans leur lit, les deux tiers d’entre eux alors qu’ils regardent la télévision. Et, plus déroutant, 42% des cadres considèrent la salle de bain comme un lieu particulièrement approprié pour cette tâche.

La faute au smartphone ?

Où qu’ils les lisent, ils sont 67% en Occident à affirmer que c’est à leurs yeux le meilleur des moyens de communication. Et seulement 22% à considérer qu’ils passent trop de temps à vérifier leur boite mail… Ces statistiques, obtenues après le sondage de 1.600 cadres en Europe et aux Etats-Unis, sont à mettre en perspective avec la facilité croissante qu’a la population étudiée à pouvoir accéder à sa messagerie. Notamment grâce (ou à cause ?) de l’explosion des smartphones, par lequel 69% des Français sondés affirment consulter leurs courriers électroniques.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.