Invités respectivement à 7h50 et 8h20, le président de la Fédération nationale des chasseurs et le député européen écologiste ont échangé à distance sur la question de la ruralité. Le premier estime qu'il faut "arrêter d'emmerder les ruraux", l'autre rappelle que parmi ces derniers, les chasseurs sont minoritaires.

Pascal Canfin et Willy Schraen
Pascal Canfin et Willy Schraen © Maxppp / Vincent Isore

"Arrêtons d'emmerder les ruraux", lance Willy Schraen

Il a beau dire qu'il est dans un esprit d'apaisement, Willy Schraen ne décolère pas contre "la frange extrême" des écologistes. Pour le patron des chasseurs français, "il y a énormément de violence aujourd'hui autour de la ruralité". "Il y a un vrai malaise dans ce pays, des gens qui vivent en campagne et qui ont des valeurs, et une espèce de chasse aux sorcières. On parle du monde d'après, on dit 'vous êtes tous des beaufs, des réacs'..."

Interrogé sur la question de la chasse à la glu (qui consiste à capturer des oiseaux en les engluant, pour ensuite les utiliser comme "appelants" pour attirer d'autres animaux, avant de les libérer à la fin de la saison), il assure que "c'est une chasse qui n'est pas tuante". "Il reste une poignée de gens dans la région PACA qui font ça, en  quoi ça dérange l'Europe et notre ministre de la Transition  écologique ?", s'agace-t-il. "Arrêtons d'emmerder les Français, arrêtons d'emmerder les ruraux, laissons les gens tranquilles : ils ont cette passion, c'est des gens heureux, une fois que ça n'a pas d'impact sur les autres, ça dérange qui ?"

"Imposture", répond Pascal Canfin

Une véritable "imposture" pour Pascal Canfin, qui de son côté en a assez de voir les chasseurs présentés en hérauts de la ruralité. "Il y a 13 millions de ruraux en France, 1 million de chasseurs, et parmi eux une grande partie sont des urbains, qui ont une résidence secondaire et un permis de chasse", rappelle le député européen. "En aucun cas on ne peut considérer que la chasse serait représentative de la ruralité dans son  ensemble."

Pour lui, "comme [Willy Schraen] sait que défendre certaines pratiques de chasse qui sont probablement illégales au regard du droit européen (comme la chasse à la glu), et que ce n'est pas très populaire, il préfère se draper dans d'autres habits, ceux de la ruralité. Je critique cette posture, c'est une imposture."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.