Bernard Werber explique au micro d'Ali Rebeihi comment les chats nous ont protégés jusqu'à aujourd'hui…

Bernard Werber : "Les chats nous ont toujours fait du bien notamment en nous protégeant des deux grandes pestes de 1300 et 1600."
Bernard Werber : "Les chats nous ont toujours fait du bien notamment en nous protégeant des deux grandes pestes de 1300 et 1600." © Getty / Barbara Duchalska / EyeEm

Bernard Werber, auteur à succès du cycle Les Fourmis, a publié récemment Demain les chats. Ali Rebeihi a reçu le romancier dans son émission Grand bien vous fasse pour évoquer avec lui ces félins - apprivoisés plutôt que domestiqués.

L'histoire commune de l'homme et du chat date un peu : on estime aujourd'hui que ces deux espèces vivent en symbiose depuis 7 500 à 7 000 ans avant J-C. Si on sait qu'en Egypte, le chat était déifié, on sait moins qu'en Chine, il était avant tout un animal protecteur des stocks agricoles, comme le montre le village agricole de Quanhucun en Chine où des vestiges de chats datés de 5300 ans indiquent qu'ils se nourrissaient de rongeurs et de millet.

Bernard Werber :

C'est l'armée romaine qui a amené les chats en Gaulle, puisque les soldats avaient besoin d'une présence affectueuse et amenaient des petits chatons ou des chats qu'ils gardaient derrière leurs boucliers.

► LIRE AUSSI | Les effets thérapeutiques du chat sur l'homme

Bernard Werber :

Les chats nous ont toujours fait du bien notamment en nous protégeant des deux grandes pestes de 1300 et 1600.

Il explique : "En Angleterre, il y a une grande campagne de destruction de tous les chats en 1500 qui a entraîné une épidémie de peste. Chaque fois qu’on a voulu les détruire, on a eu en retour les rats.

En France, à partir de l’an 300, le Pape édicte qu’il interdit aux Chrétiens de posséder des chats. Du coup, il y a eu beaucoup de chiens et très peu de chats. Quand il y avait la peste, tous ceux qui possédaient des chats étaient protégés et ceux qui avaient des chiens ne l'étaient pas.

Il a fallu attendre 1600 pour que la papauté autorise les Chrétiens à avoir des chats. Jusque là, on demandait au Chrétiens, à la fête de la St Jean, d'aller trouver tous les chats qu'ils trouvaient pour les jeter dans un grand bûcher collectif".

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.