Les contours du futur SNU, Service National Universel sont dévoilés ce jeudi matin par le secrétaire d'Etat à la jeunesse, Gabriel Attal, chargé de le mettre en oeuvre.

Les contours du futur SNU, Service National Universel sont dévoilés ce jeudi matin par le secrétariat d'Etat à la jeunesse, Gabriel Attal.
Les contours du futur SNU, Service National Universel sont dévoilés ce jeudi matin par le secrétariat d'Etat à la jeunesse, Gabriel Attal. © AFP / Bertrand GUAY

Cette mesure phare du programme d'Emmanuel Macron démarrera bien en juin prochain, avec 3.000 premiers volontaires de 16 ans venant des 13 départements qui expérimenteront le dispositif. On en connaît désormais la liste : les Ardennes, le Cher, la Creuse, l'Eure, la Guyane, les Haute Pyrénées, la Haute-Saône, la Loire Atlantique, le Morbihan, le Nord, le Puy-de-Dôme, le Val d'Oise et le Vaucluse.  

On en sait aussi plus, sur le contenu de cette période d'engagement d'un mois pour favoriser l'engagement, la citoyenneté et pour plus de brassage social de la jeunesse.

Des petits groupes d'horizons sociaux et géographiques différents

Pendant 15 jours, une première phase se déroulera à partir de la mi juin chaque année, les futurs appelés, seront regroupés en maisonnées 10 par 10. Ces petits groupes d'horizons sociaux et géographiques différents vivront dans des internats, des bâtiments de l'armée ou des centres de formation.

Chacun ira dans un autre territoire que le sien. Chacun portera un uniforme et commencera sa journée par le salut au drapeau et la marseillaise. Des activités de pleine nature, d'autodéfense, initiation au secourisme seront au programme mais aussi des bilans de santé et de lecture. 

Des propositions aux décrocheurs scolaires

Suivront 15 jours de mission d'intérêt général, auprès d'une association, d'une collectivité locale ou d'un corps en uniforme plus tard dans l'année. Avant une dernière phase optionnelle à partir de 18 ans, un service civique par exemple.   

Ce dispositif est obligatoire pour toute une classe d'âge soit 800.000 jeunes de 16 ans l'année qui suit la troisième au plus tard en 2026, mais la montée en puissance se fera relativement vite puisque dès 2020 tous les départements seront concernés. 

Le budget reste à définir mais il tournera au minimum autour d'un milliard 700 millions d'euros par an. Il ne s’agit pas de relent nostalgique  du service militaire assure le gouvernement mais d'un dispositif complémentaire de l'école où les militaires auront une place importante. Ils formeront les encadrants titulaires de BAFA par exemple. Il y aurait en moyenne un encadrant pour 5 jeunes. Ce dispositif aura aussi pour vocation précise le secrétariat d’État "de faire des propositions aux décrocheurs scolaires".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.