Bébé et son biberon, bisphénol A
Bébé et son biberon, bisphénol A © sean dreilinger

On connaissait la nocivité du bisphénol A qui a été interdit depuis janvier pour les biberons et le sera bientôt pour tous les contenants alimentaires.

L’agence de Sécurité alimentaire lance aujourd’hui une mise en garde plus large à destination des les femmes enceintes –pour l’enfant à naître- et les caissières.

"Nous confirmons la nécessité de réduire les expositions au bisphénol A", a dit à la presse Marc Mortureux, directeur général de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail.

Selon les résultats de l'évaluation des risques sanitaires réalisée par l'agence, l'exposition des femmes enceintes au bisphénol A entraîne "une modification de la structure de la glande mammaire chez l'enfant à naître qui pourrait favoriser un développement tumoral ultérieur".

Les personnes manipulant des tickets thermiques, à l'image des tickets de caisses ou bancaires, sont également exposées et l'Anses recommande la substitution du bisphénol A.

Si 73 alternatives possibles ont été identifiées par l'agence, aucune ne se distingue pour remplacer tous les usages du bisphénol A et l'Anses n'encourage pas pour l'instant l'utilisation d'autres bisphénols en remplacement.

Valérie Cantié

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.