Selon une enquête du syndicat national des ophtalmologistes de France, les délais pour obtenir un rendez-vous non urgent, urgent ou semi-urgent ont tous baissé considérablement. Parmi les explications plausibles : les plateformes internet de rendez-vous.

Les délais d'attente pour un rendez-vous chez l'ophtalmo sont en baisse (image d'illustration)
Les délais d'attente pour un rendez-vous chez l'ophtalmo sont en baisse (image d'illustration) © Getty / Getty

Les ophtalmos avaient été pointés du doigt en octobre 2018 dans une étude de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) car les délais d'attente pour obtenir un rendez-vous étaient de 80 jours en moyenne. Bien trop long selon le ministère de la Santé. D'ailleurs les ophtalmos étaient bons derniers de la liste des spécialistes. 

Nouvelle étude donc révélée ce vendredi. Où l'on découvre que les délais d'attente sont passés de 80 jours (en 2016-2017) à 55 jours pour un délai moyen. 

L'institut de sondage CSA a passé des "appels mystères" à 2 000 ophtalmologistes, soit près de la moitié des praticiens français, entre le 23 avril et le 13 mai derniers. Idem pour 1 890 professionnels référencés sur deux sites de rendez-vous en ligne. 

Hors cas urgents, pour un simple "contrôle périodique de la vue", ce délai monte à 68 jours par téléphone, ou 61 jours via internet. Ces durées restent élevées.  

Pour un nouveau patient, ce délai passe de 66 jours à 42 jours.  Les "semi-urgences" : de 20 jours à 10 jours

Inégalités entre les régions

Cependant, il reste fort à faire car les régions n'affichent pas toutes les mêmes réductions de délais d'attente. La Bretagne et la Normandie sont à la traîne, avec des délais de 3 à 4 mois mois en moyenne, alors que dans les régions Provence et Île de France on est en dessous d'un mois.

La différence de densité de population et de démographie n'est pas la seule raison. Probablement, le manque de travail en partenariat avec des orthoptistes y est aussi pour quelque chose. L'orthoptiste controle, rééduque éventuellement et réadapte. Environ 2000 orthoptistes sont salariés en France dans des cabinets médicaux aux cotés des ophtalmologistes, mais il faudrait encore développer ce système selon le syndicat. 

Les plateformes sur internet parmi les facteurs

Grace à ces partenaires comme Doctolib (leader de la prise de rendez-vous médicale sur internet en France) les patients reçoivent un rappel de leur rendez-vous par SMS et ceux qui ne peuvent pas venir ont la possibilité d'annuler leur rendez-vous sur internet à tout moment, ou de le modifier, sans se déplacer ou téléphoner. 

Objectif : zéro délai en 2022  

Pour arriver à cet objectif de "Zéro délai en 2022", le syndicat prône de travailler sur la démographie des ophtalmologistes. Autrement dit, il faut ouvrir selon lui  240 postes d’ophtalmologistes par an. Le développement des stages d’internes dans des cabinets libéraux renforcerait également la formation pratique des ophtalmologistes au plus près des besoins selon le SNOF. Le syndicat compte notamment sur la "montée en puissance de la prise de rendez-vous en ligne" et a demandé au gouvernement d'augmenter le contingent d'internes en ophtalmologie de 50 postes supplémentaires par an.
 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.