1 million de chômeurs sont en formation, soit le double de la promesse de François Hollande en 2016. Mais ce chiffre cache des dérives et le plan de financement prend bientôt fin.

Les formations Pôle emploi ne sont pas toujours sérieuses
Les formations Pôle emploi ne sont pas toujours sérieuses © AFP / Pascal Guyot

Ecouter l'émission ici :

"On a ouvert les vannes à des formations bidons"

Fin 2015, François Hollande annonce un plan qui donnera accès à 500 000 formations aux chômeurs : les grands oubliés de la Formation Professionnelle. En fait, ils seront bientôt près de 1 million en stage. Ce Plan est essentiellement financé par l’Etat, les cotisants salariés, et les Régions. Mais si l’intention est louable, pour Denis Gravouil, chargé du suivi des chiffres du chômage à la CGT, ce plan ne fait qu'ouvrir "les vannes à des formations bidons". L'actuel plan de formations voit en effet éclore une multitude d'organismes, pas toujours sérieux. La durée de vie de ces entreprises arrivantes, aux côtés d’organismes plus professionnels, est parfois très éphémère. Michel Menu, le chef du service régional de contrôle à la direction du travail en Île-de-France, constate :

"On doit être à 3500 organismes qui veulent se déclarer en tant qu'organisme de formation, et il y en a à peu près autant qui disparaissent. Soit parce qu'ils n'ont plus de clients, soit ils n'ont rien fait pendant une année et ils deviennent caduques."

En dépit de ce constat, Pôle emploi affirme que 60% des stagiaires retrouvent un emploi durable 6 mois après une formation qualifiante.

Derrière une belle promesse, des dérapages

L'entreprise CIMPA à Signes (Var), Centre d'instruction des Moniteurs de Pilotage Automatique, cumule différentes anomalies dont témoignent plusieurs stagiaires. Tout d'abord, elle n’a officiellement aucune activité depuis avril 2016 pour les services de contrôle de la formation professionnelle de la région. Le numéro administratif de déclaration d’activité est en effet caduque.

Depuis 20 ans, elle forme et brevette pourtant des moniteurs- pilotes stagiaires. Sur le papier, ce stage à 14 500€ est très prometteur. Le directeur Jean-Michel Fabre, l’unique salarié de la société, annonce un taux de réussite impressionnant :

89% de réussite est le chiffre minimum, 97% pour le meilleur, au terme du rattrapage.

Jean-Michel Fabre autour des voitures de son entreprise CIMPA
Jean-Michel Fabre autour des voitures de son entreprise CIMPA © Radio France / Philippe Reltien

Le calcul se fonde sur les unités d’examen réussies mais pas sur le nombre de stagiaires ayant obtenu leur diplôme du premier coup en 2016. Dans les faits, on a compté 16 reçus sur 33 stagiaires. Plus sérieux : les conditions dans lesquelles se déroulent les stages laissent à désirer. Un stagiaire déçu d’avoir raté l’examen témoigne n’avoir rien appris en cours devant son clavier dans un froid polaire avec seulement quelques jours de pratique au volant et beaucoup d’ heures passées à laver les voitures dans le garage. Un autre, reçu celui-là, se souvient qu’on pouvait apprendre toute une journée à répondre au téléphone debout. Plus grave : alors que l’objectif de cette formation est d’apprendre à piloter en toute sécurité, le formateur aurait lui-même commis des infractions au code de la route en se rendant sur un circuit :

"Mon convoi part devant, entre 90 et 120 km/h. Quand vous êtes à 17 voitures, pour ceux qui sont en queue, ça fait accordéon. Je l'ai vu rouler jusqu'à 160 km/h dans des zones limitées à 70. Le type devant moi est tombé. Je l'ai retrouvé 3 mètres en contrebas. Le moniteur au talkie-walkie dit : "2 personnes restent sur place, appeler la dépanneuse". Il ne fait pas demi-tour".

Si Jean-Michel Fabre ne nie pas l’existence de ce dérapage, il dément lui avoir commis des excès de vitesse.

Aucune critique n’a jamais été portée par écrit alors qu’il existe des rapports de stage quotidiens. Et pour cause, les rapports des stagiaires sont censurés par le directeur :

"Il m'arrive de travailler au stylo rouge, soit parce que le rapport n'est pas rédigé correctement, soit parce qu'il il ne relate pas la réalité. Un objectif doit être défini et répondre à 3 questions : pourquoi cet objectif et comment le stagiaire va faire pour l'atteindre."

Des stagiaires grévistes de Pôle emploi : une première

Des stagiaires envoyés en formation "Titre Professionnel Cuisine" par Pôle emploi pour 8 mois auprès de l'association ISP spécialisée dans les formations aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration se sont mis en grève. La phase pratique les a conduits dans une cuisine-école établie au rez-de-chaussée d’une villa de Champigny-sur-Marne. Un lieu insalubre, selon le témoignage de Mezidi Khedidja, l’une des stagiaires :

Il y avait un bac plein de crottes de rongeurs, des cafards, du sang sur le mur et les escaliers, des toilettes cassées...

Photographies des stagiaires lors de leur formation
Photographies des stagiaires lors de leur formation © Mezidi Khedidja
Photographies des stagiaires lors de leur formation
Photographies des stagiaires lors de leur formation © Mezidi Khedidja

Côté pédagogie, ils n'étaient pas mieux lotis. Les stagiaires ont été pris en charge au début par un formateur qui a reconnu lui-même ne pas être compétent en cuisine. Marc Joulin est serveur de restaurant, il est inscrit à Pôle Emploi depuis 2 ans et demi.

Les conseillers parviendront à convaincre les stagiaires qu'ils n'ont pas le droit de se mettre en grève. Deux irréductibles seront exclus de la liste des demandeurs d’emploi. La CGT proteste, et le journal l’Humanité révèle l’affaire.

L’Inspection du Travail est saisie via le cabinet de la Ministre Myriam el Khomri. Prévenu à l’avance d’une inspection, Samuel Tshisuaka, le directeur de cette formation a eu le temps de rénover l'établissement. Aujourd'hui, et malgré les photos des stagiaires, il nie l'état dans lequel était la cuisine avant les travaux :

"J'ai eu 3 contrôles inopinés de financeurs qui m'ont dit "c'est agréable, c'est confortable, on peut y travailler". Appelez le service qualité de pôle emploi qui est venu voir ! Et la direction territoriale qui m'a appelé pour me dire "il n'y a pas d'anomalie".

Audrey Perocheau, la directrice des Formations de Pôle emploi, reconnait le scandale et assure que des mesures ont été prises : "Nous avons mis l'organisme de formation en demeure, nous avons arrêté l'envoi de demandeurs d'emplois dans ces formations. Nous avons mis fin à une situation qui n'est pas tolérable".

Les stagiaires sont aujourd’hui dispersés en stage cuisine collective en banlieue parisienne.

  • Pourquoi une telle situation ?

1 : Depuis qu’on a ouvert les vannes du financement, on a eu tendance à attribuer les marchés formation demandeurs d’emploi aux moins-disant. ISP vend des stages cuisine deux fois moins chers que l’AFPA et la qualité s’en ressent.

2 : Malgré la multiplication par cinq des demandeurs d'emploi en formation (de 200 000 on est passé à 1 million en un an) le nombre d'inspecteurs du travail lui n'a pas varié : 146 contrôleurs dans les régions, 22 à Paris, pour 80 000 organismes dans toute la France. Ce sont pourtant les seuls habilités à inspecter une entreprise sans prévenir.

Méthodes nouvelles pour se former

Dans le secteur privé de la formation, on trouve plus de 70% de salariés qui souhaitent souvent changer de métier, et peu de chômeurs, à peine 10%.

On opte de plus en plus pour des formations originales, comme par exemple la sophrologie et l’hypnose. Pour Catherine Alliotta, directrice de l’institut de Sophrologie à Paris, c’est d'abord l’expression d’un besoin personnel des salariés mais ça ne conduit pas à trouver un emploi à coup sûr.

Les méthodes d'enseignement évoluent aussi pour s'adapter aux besoins et au temps disponible de chacun. Aujourd'hui, avec son portable, quelques euros payables en ligne et quelques minutes de pause, on peut se former soi-même n'importe où, n'importe quand, en suivant des cours à distance (MOOC : Massive Open Online Course).

Marie Ducastel, la présidente d’Abilways, conseille une vidéo en ligne facile à assimiler, pour apprendre à se présenter. Cette méthode ne s'adapte pas à tous les métiers mais elle fonctionne pour réviser son code de la route ou pour apprendre la cuisine et la pâtisserie. Le service public de la formation, l’AFPA (Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes), premier formateur de demandeurs d’emploi en ateliers (90 000 en 2016) est aussi devenu le premier formateur à distance (100 000 apprenants) pour la cuisine et la pâtisserie.

Une source d'évasion fiscale ?

La formation à distance s’intéresse à tous les publics francophones. Elle engendre une évolution liée à la course à la compétitivité. Certains organismes en viennent à réduire ou à redéployer leur personnel en France pour ouvrir des call-centers à l’étranger. Ces call-centers sont supposés orienter la clientèle francophone vers les formations en ligne.

L'évasion fiscale pourrait se cacher derrière. Michel Menu, de la Direction Régionale de l’Inspection du Travail, s'interroge :

"Où va cet argent qui quitte la France ? On se pose la question, mais on n'y répond pas. S'il n'y a pas de réelle activité, on va passer par les services fiscaux, des gens qui ont des pouvoirs d'investigations bien plus importants que nous."

"Plan 500 000 formations": et après l'été 2017 ?

Le plan de financement de ces formations prend fin cet été 2017. Si les négociations entre financeurs échouaient, certaines pourraient s'arrêter. Pour trouver l’argent, le gouvernement a déjà prévu de retirer une prime à l’embauche de 4000€ accordée aux entreprises. Mais cela ne suffira pas, explique Yves Barou, président de l’AFPA :

Il faut continuer : 1 milliard d'€ chaque année.

"La question de la pérennisation sera posée aux autorités de la France en juin 2017. Il y a eu un effort supplémentaire grâce à 1 milliard d'€ mis sur la table par les pouvoirs publics. Il faut continuer : 1 milliard d'€ chaque année."

Pour cela, l’Etat compte sur les régions. Il a notamment demandé au plus gros centre de demandeurs d’emploi de France, la région Île de France, de financer 50 000 formations supplémentaires en 2017. Mais Otman Nasrou, le vice-président de la région Île-de-France, n'a pas l'intention de le faire :

"La région assumera ce sur quoi elle s'est engagée, c’est-à-dire entre 40 et 50 mille places. Le coût moyen ne peut pas être le même sur 500 mille et sur le 1 million, sauf si on fait des formations bidons."

Personne ne peut donc prévoir l'avenir des formations d’ici juillet prochain. En pleine campagne présidentielle, le flou est entretenu. La question est piégeuse pour les candidats. S'ils s'expriment en faveur d'une poursuite du plan, on risque de leur reprocher de vouloir augmenter le déficit. Mais proposer l'inverse serait prendre le risque de faire remonter les chiffres du chômage.

Programmation musicale | "Prettiest Virgin", Agar Agar

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.