circulation alternée à paris
circulation alternée à paris © reuters

En raison d'un pic de pollution, la circulation alternée a été décidée dans Paris et dans 22 communes limitrophes, jusqu'à minuit. Ce lundi 23 mars, seules les plaques impaires peuvent circuler, en théorie. Mais il existe de nombreuses exceptions.

Le principe de la circulation alternée est simple : si la mesure concerne un jour impair (comme le 23 mars), seules les plaques d'immatriculation impaires peuvent circuler. Mais la préfecture de Paris a mis en place des exceptions, détaillées sur son site.

La circulation alternée ne sera pas maintenue mardi, a annoncé Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie.

Le reportage de Yann Gallic, sur un point de contrôle.

Les dérogations

Pour commencer, évidemment, tous les véhicules de transport en commun (bus et cars, transport scolaire) sont autorisés à rouler. Lestaxis et véhicules avec chauffeur ne sont soumis à aucune restriction. Les voitures qui transportent au moins trois personnes sont autorisées à passer. Il s'agit pour les autorités d'encourager le covoiturage. Par ailleurs, les voitures électriques ou hybrides ne sont pas concernées. En revanche, les voitures de location sont soumises à la circulation alternée.

Sans surprise, les véhicules d'urgence (ambulances, véhicules de police et pompier) peuvent circuler sans restriction. Les médecins de garde ou en service hospitalier ne sont pas non plus concernés. Et les véhicules qui transportent une personnes à mobilité réduite font partie des dérogations.

Les véhicules de dépannage (plomberie, EDF, Gaz de France...) et de ramassage des ordures ainsi que les véhicules de chantier font partie des exceptions. De même pour les véhicules de la SNCF et de la RATP.

Les services postaux ne sont pas non plus soumis à cette restriction. Les livreurs de journaux et de produits périssables peuvent circuler. Sur présentation de leur carte professionnelle et d'une attestation de leur employeur, les représentants en commerce et les journalistes sont également autorisés à rouler.

Contrôles et transports gratuits

750 policiers sont mobilisés pour faire respecter cette mesure de circulation alternée. Certains cas sont soumis à leur libre appréciation. "Le maître mot, c'est pédagogie active. On verbalise les personnes les plus récalcitrantes ou ceux qui se moquent de nous", explique le commandant Jean-Pierre Meutelet, chef de service des compagnies centrales de circulation à la préfecture de Paris.

Enfin, parallèlement à la circulation alternée, les transports en commun sont gratuits.

A lire : l'arrêté interpréfectoral du 7 juillet 2014 qui détaille les dérogations

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.