Les drogues consommées en Europe sont de plus en plus nocives
Les drogues consommées en Europe sont de plus en plus nocives © IP3PRESS/MaxPPP

Nouvelles drogues de synthèse particulièrement puissantes, substances fortement dosées : les drogues consommées en Europe sont de plus en plus nocives pour la santé, alerte mardi l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) dans son rapport annuel.

Un quart de la population adulte de l'Union européenne a déjà consommé une drogue illicite, soit 80 millions d'Européens au total. Le rapport, présenté à Lisbonne, souligne certains "progrès accomplis" en matière de santé publique, mais pointe surtout "des évolutions préoccupantes" et "l'apparition de nouvelles menaces".

Même si globalement le nombre de décès liés aux drogues est en baisse en Europe (6.100 décès par surdose en 2012 contre 6.500 en 2011), certains pays (Estonie, Norvège, Irlande, Suède et Finlande) ont accusé une hausse préoccupante du nombre de décès par surdose, note le rapport.

81 nouvelles drogues recensées en 2013

Ainsi, de "nouvelles substances psychoactives" de synthèse, non réglementées par le droit international parce qu'insuffisamment connues, "apparaissent sans cesse sur le marché de la drogue" (81 nouvelles drogues recensées en 2013), où elles ont pour but d'imiter, voire de remplacer les drogues réglementées, note le rapport.

Importées de Chine et d'Inde où elles sont produites dans des laboratoires clandestins, elles sont souvent vendues sur internet, sous l'étiquette fallacieuse "d'euphorisants légaux" ou de "produits chimiques destinées à la recherche".

Ce marché est en constante évolution, explique Danielle Messager, spécialiste santé à France Inter

Les effets très puissants des drogues de synthèse ne nécessitent que de faibles concentrations dans le sang, ce qui les rend parfois quasiment indétectables en cas de décès.

Ecstasy et cannabis plus fortement dosés

L'OEDT note également une réémergence de poudre et pilules d'ecstasy fortement dosées dans plusieurs pays européens, qui semble entraîner une reprise du marché, comme en témoigne le démantèlement en 2013 en Belgique et aux Pays-Bas des deux plus grands sites de production de drogue jamais découverts dans l'UE.

Pour le cannabis, drogue la plus consommée en Europe, la tendance est aussi à une hausse de la teneur en principe actif augmente dans de nombreux pays. "Des situations d'urgence aiguë", notamment lorsque de fortes quantités ou du cannabis fortement dosé sont consommés, ont été enregistrées, note l'OEDT, qui souligne également l'émergence de produits de synthèse analogues au cannabis (cannabinoïdes), qui peuvent être "extrêmement puissants", avec des "effets néfastes préoccupants".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.