« Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis » proclame haut et fort le prétendu bon sens populaire. On peut a contrario estimer que, pour ne prendre qu’un exemple désormais historique, Salvador Allende est mort en homme juste, les armes à la main, précisément parce qu’il n’avait pas voulu changer d’avis face à un Pinochet qui d’officier légaliste s’était mué en renégat putschiste. De cet exemple, qui n’est pas un exception, il ressort qu’Allende fut tout sauf un imbécile, mais que Pinochet fut bien un salaud, et le mot est faible. C’est la troublante affaire Marin Karmitz qui m’a conduit à songer à ce dicton lequel protège tous les retournements de veste très à la mode sous le régime actuel. En 2007, à propos de la présidence de Nicolas Sarkozy, le célèbre producteur de films déclarait : « Aujourd’hui, j’ai mal à la France. Nous sommes actuellement entrés dans une conjoncture où ce pays cesse d’être celui qui m’a élevé et que j’ai aimé. Il faut à tout prix combattre cette évolution que je n’hésite pas à qualifier de néopétainiste. » En 2008, le même homme, patron de MK2, se prononçait avec vigueur contre la suppression de la publicité sur les chaînes publiques pour quelques semaines plus tard… féliciter par voie de presse le Président de la République pour cette initiative. En 2009, troisième acte de la farce : il devient le Ministre de la Culture bis directement rattaché à la Présidence de la République naguère qalifiée de néopétainiste... Si l’on s’en tient au bon sens populaire, on dira donc que Marin Karmitz n’est vraiment pas un imbécile, puisqu’il fut successivement un résistant passionné, un opposant résolu puis un soutien actif de l’actuel Président de la République. Ce serait enfin injurier l’avenir de prétendre que Marin Karmitz est solidement ancré là où il vient d’arriver : on n' est jamais à l’abri d’une nouvelle cabriole quand on pratique à ce point l'art de retomber sur ses pattes en toute occasion.Citées par « Marianne » cette semaine, les réactions de deux personnalités éminentes méritent d’être méditées : « Marin a une véritable sincérité par rapport à lui-même. Il ne va jamais contredire ses convictions, sauf si c’est profondément nécessaire » Claude Chabrol« Karmitz est un imposteur qui n’attendra pas longtemps la récompense de son soutien. » Pascal Rogard`Rien de ce qui s’écrit ici ne remet en cause les qualités du producteur réalisateur Karmitz. Artistiquement, le catalogue MK2 plaide pour son « propriétaire ». Et c’est justement là tout le problème, car il est a contrario bien difficile de suivre le patron de MK2 quand il s’attaque avec une incroyable violence à un petit cinéma de banlieue coupable de faire de l’ombre à l’un de ses « complexes » lui l’ex-pourfendeur des « multiplexes ». Les exemples abondent désormais de ces comportements où l’opportunisme rivalise avec le cynisme. Et que penser de la dernière nouvelle en date qui nous apprend que Nathanaël Karmitz, le fils et l’héritier de MK2, s’est associé au groupe de casinos Barrière pour promouvoir le jeu en ligne ?Non décidément, Marin Karmitz n’est pas un imbécile. A chacun maintenant de lui adjoindre les justes qualificatifs qu’il mérite. En sachant que le talent ne justifie pas tout, que le passé politique n’est jamais un gage pour le présent et qu’enfin, à force de brouiller les lignes, on encourage l’ennemi de toujours : la bêtise.La phrase du jour ? « L’avantage d’être intelligent, c’est qu’on peut toujours faire l’imbécile, alors que l’inverse est totalement impossible. » Woody Allen

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.