Les autorités américaines viennent d'imposer des restrictions draconiennes sur les ventes de cigarettes électroniques. Elles dénoncent une véritable "épidémie" parmi les jeunes, qui serait devenue selon elles une porte d'entrée vers le tabac "classique".

Fumeur de cigarette électronique à San Francisco en janvier 2018
Fumeur de cigarette électronique à San Francisco en janvier 2018 © AFP / Justin Sullivan/Getty Images

Faut il avoir peur des cigarettes électroniques ? Le débat est presque aussi ancien que la commercialisation de ces dispositifs. La décision américaine de restreindre le plus possible l'accès des jeunes au "vaping" semble aller dans ce sens. Les autorités outre-Atlantique parlent même d'une "épidémie".

Environ 3,5 millions de lycéens et collégiens consomment actuellement des cigarettes électroniques aux États-Unis. C'est 1,5 million de plus qu'il y a un an, une hausse importante. La FDA, l'agence de santé américaine, souhaite donc interdire la vente de cigarettes électroniques sur Internet, pour ne les rendre accessibles qu'en magasins, des espaces fermés inaccessibles aux mineurs.

Elles justifient ces restrictions par la crainte que la version électronique ne devienne une porte d'entrée vers la cigarette classique, un argument qui fait débat. De nombreux tabacologues et pneumologues estiment toutefois que c'est inexact.

Difficile d'affirmer qu'elles sont totalement inoffensives

"Les adolescents utilisent beaucoup la cigarette électronique, le plus souvent en France sans nicotine, dans 60 % des cas", explique ainsi le professeur Bertrand Dautzenberg, de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière. "Ils l'essayent deux ou trois fois, puis ils l'abandonnent. Alors que ceux qui essayent la cigarette se retrouvent, une fois sur deux, fumeurs réguliers."

Sur les données françaises, la cigarette électronique apparaît plus comme un concurrent que comme une porte d'entrée vers le tabagisme. Les données américaines sont compatibles avec ça : certes, il y a beaucoup de jeunes Américains qui vapotent, mais il y a beaucoup moins de jeunes Américains qui fument qu'ils y a 50 ans.

Toutefois, il y a aussi d'autres reproches à l'encontre des cigarettes électroniques, comme celui de créer une dépendance à la nicotine, pour celles qui en contiennent. Pour celles qui n'en contiennent pas, on ne peut pas non plus affirmer aujourd’hui qu'elles sont totalement inoffensives, même s'il apparait beaucoup moins nocif de vapoter que de fumer.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.