Débris d'avion échoué sur le littoral de La Réunion
Débris d'avion échoué sur le littoral de La Réunion © MaxPPP / Raymon Wae Tion

Le fragment de Boeing 777 retrouvé mercredi sur l'île de La Réunion appartient-il à l'avion du vol MH370, disparu en mars 2014 ? C’est la question à laquelle devront répondre les experts français, qui commencent cette après-midi leurs analyses.

Samedi, un fragment d'aile d'avion du vol MH370 est arrivé au laboratoire de Balma , près de Toulouse. Il sera dès aujourd’hui expertisé par le centre Techniques aéronautiques de la Direction générale de l'armement du ministère de la Défense. Des analyses qui pourraient fournir des éclaircissements sur l'une des plus grandes énigmes de l'histoire de l'aviation civile.

Robert Galan , ancien pilote d'essai et expert en accidents aéronautiques, au micro de Corinne Audouin, explique que les analyses, qui démarrent aujourd'hui, ont pour but d’éclaircir les circonstances de la disparition du MH370 , mais ne permettront pas de comprendre les causes du drame , quelles que soient les conclusions rendues. L'origine criminelle ou accidentelle de la tragédie, ne pourra pas donc, a priori, pas être établie.

Robert Galan énumère les différentes étapes de l’analyse d’un débris d’avion

L’analyse de la forme de l’aileron devrait néanmoins permettre de savoir si la pièce a été arrachée en vol, ou si elle a éclatée. Trois scénarios sont donc envisagés : l’explosion, la perte de contrôle ou l’impact avec l’eau

Comment savoir si l'avion à explosé ou éclaté ? Robert Galan

Les premières conclusions des experts pourraient être rapidement dévoilées. Selon Robert Galan, il faudra environ un mois aux experts pour savoir ce qui est arrivé au Boeing 777. Mais retrouver l’épave de l’avion semble peu probable.

L'épave de l'avion sera-t-elle un jour retrouvée ? Robert Galan

En plus de l'aileron retrouvé à La Réunion, des morceaux d'une valise retrouvée à proximité du débris d'avion seront expertisés, mais cette fois, dans un laboratoire de la gendarmerie près de Paris, selon le parquet de Paris.

malaysia airlines
malaysia airlines © Radio France / radio france
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.