Les Femen agissent dans tous les lieux symboliques comme ici au Sénat
Les Femen agissent dans tous les lieux symboliques comme ici au Sénat © maxppp

Neuf membres du mouvement Femen ont été relaxées après avoir été poursuivies par la justice pour dégradation d'une cloche de Notre-Dame à Paris. Le tribunal correctionnel de Paris a estimé qu'il n'existe pas assez d'éléments pour mettre en cause les Femen au sujet de ce dommage.

En revanche, le tribunal a condamné trois membres du service d'ordre de Notre-Dame à des amendes avec sursis pour avoir violement expulsé les militantes. Des militantes qui étaient entrées dans l'édifice religieux le 12 février dernier pour fêter à leur manière le départ de Benoît XVI qui venait d'annoncer son renoncement en tant que Pape.

Prochain procès, le 15 octobre

Elles étaient entrées dans Notre-Dame et avaient quitté leurs manteaux avant de monter, seins nus, sur le socle où étaient provisoirement exposées les cloches à l'occasion des 850 ans de Notre-Dame. Le parquet a annoncé ce mercredi après-midi qu'il fait appel

Ce procès est le premier fait aux Femen à la suite d'une de leurs actions. Le 15 octobre prochain, un autre procès s'ouvrira au sujet d'une autre de leurs interventions. Cette fois-ci, elles ont agi dans l'église de la Madeleine, à Paris où l'une d'entre elles avait mimé à la fin 2013, un avortement afin de dénoncer les restrictions à ce droit en Espagne.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.