Le concept des camions-restaurants plaît et la ville de Paris l'a compris. Elle lance un appel à projet pour renouveler les occupants de neuf emplacements municipaux aux détenteurs de food truck. Pourquoi une installation réglementée et surtout n'est-ce pas dangereux pour les restaurants traditionnels ?

Dans le quartier de la Défense à Paris, les Food Truck ne cessent d'augmenter pour venir restaurer les nombreux employés sur le site
Dans le quartier de la Défense à Paris, les Food Truck ne cessent d'augmenter pour venir restaurer les nombreux employés sur le site © AFP / BERTRAND GUAY

Venus tout droit des États-Unis, les camions-restaurants sont en plein essor en France. Le principe est simple : les gérants s'arrêtent à un endroit et offrent aux passants des mets qu'ils cuisinent dans leur camion. 

Dans les zones rurales comme dans les grandes villes, les food truck posent leur valise dans des lieux spécifiques, généralement là où il y a un manque de restaurant où dans des zones de forte affluence, près des entreprises. 

À Paris, 19 emplacements sont proposés par la Ville. La mairie vient de lancer un appel à candidature, jusqu'au 13 septembre, pour renouveler les occupants de neuf emplacements dédiés à la restauration

Une concurrence déloyale pour les restaurateurs ?

Avec cette "street food" ou cuisine de rue, tous les styles de plats sont représentés : les sandwich, les burgers mais aussi les plats français traditionnels et les spécialités du monde entier, le tout avec un petit air des États-Unis où on trouve les food truck à tous les coins de rue.

Les camions-restaurants sont parfois installés à proximité de restaurants. Une concurrence qui peut paraître déloyale à première vue. Pourtant, parmi les nombreux restaurateurs contactés, aucune baisse de clientèle n'est à signaler. 

Le restaurant L'Avenue dans le 13e arrondissement se situe à seulement quelques pas des food truck Le Camion qui fume, Cheesers, Tooq Tooq et La Brigade. Ces quatre références du monde des camions-restaurants parisiens ne semblent pas faire de l'ombre à L'Avenue. 

Devant un cinéma du 13ème arrondissement de Paris, Cheesers propose des sandwichs au fromage grillé.
Devant un cinéma du 13ème arrondissement de Paris, Cheesers propose des sandwichs au fromage grillé. / Cheesers

La brasserie est implantée dans le quartier depuis quelques années et avec l'arrivée de la street food, les habitués n'ont pas pour autant changé d'adresse. "On a beaucoup une clientèle de bureau et jusqu'à présent on a pas remarqué beaucoup de changement" explique Fred, gérant du restaurant. 

Pour la propriétaire de Cheesers, Tiphanie Coet, aucune plainte des propriétaires des restaurants puisque l'offre n'est pas la même. Les camions-restaurants "proposent de la nourriture de rue et l'on mange debout, c'est différent de la cuisine traditionnelle. Ici les clients viennent manger rapidement et ont un choix plus limité."

Des emplacements proposés par les municipalités ou des entités privées

Mais si vous vous voyez déjà à bord de votre camion-restaurant, sachez qu'il n'est pas si simple de trouver un emplacement. En France par exemple, chaque food truck qui souhaite s'installer dans un espace public doit faire une demande de permis de stationnement auprès de la mairie ou de la préfecture. 

La ville de Paris loue pendant deux ans des espaces de 16 m² maximum. Le gérant ne peut mettre à disposition de ses clients qu'au maximum deux tables "mange-debout". 

Chaque place a un coût et c'est aux villes d'en décider le prix. Pour Paris, le montant varie en fonction des périodes de l'année. Il est fixé par le Conseil de Paris et va de 15€ par jour du 1er avril au 30 septembre à 30€ du 1er octobre au 31 mars. 

C'est aussi auprès de la mairie que la demande d'occupation temporaire de l'espace public doit être faite dans le cas d'une installation sur un marché ou dans une halle.

En fonction des villes, le nombre de camion-restaurant peut être limité. Mais les restaurants sur roues ne se laissent pas démonter. Ils ont trouvé une autre alternative : s'installer sur des terrains privés. 

Comme le fait Cheesers : "on est présent sur le parvis du MK2 [dans le 13e arrondissement de Paris] et à La Défense mais ce sont des terrains privés". Les gérants prennent alors contact directement avec les propriétaires et s'installent où ces derniers le souhaitent. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.