Selon le cinquième baromètre des services publics, sondage Odoxa pour la Banque Française Mutualiste, France Inter et plusieurs autres médias, les Français soutiennent et comprennent le mal-être dans la fonction publique mais réclament plus d’efforts aux agents.

Un centre des finances publics.
Un centre des finances publics. © Maxppp /

C'est une journée nationale interprofessionnelle de mobilisation qui se dessine pour ce mardi, aussi bien dans le secteur public que dans le privé, avec des manifestations et grèves à l'appel de la CGT, de FO, FSU et organisations de jeunesse Unef et UNL. Il s'agit, pour ces organisations, de faire entendre des revendications sur les salaires, les retraites et l'emploi et sur le pouvoir d'achat plus généralement. 

Le mouvement concerne aussi la réforme de la fonction publique qui doit toucher les cinq millions de fonctionnaires français. Il y est question notamment de la suppression de 120 000 postes d'ici la fin du quinquennat, du recours accru aux contractuels ou encore de la rémunération au mérite. 

Un sujet justement au cœur du cinquième “baromètre des services publics” pour la Banque Française Mutualiste, France Inter, l'Obs et la presse quotidienne régionale. Il en ressort un sondage ambivalent dans lequel les Français très majoritairement soutiennent le mouvement mais réclament aussi plus d'effort aux agents des services publics.

Une journée de grève “justifiée” pour une majorité de Français

La journée de mobilisation est très largement soutenue, par les trois quarts des Français, 73 % pour être précis” souligne Gaël Sliman, président d’Odoxa. “Ils estiment que c'est un mouvement qui est justifié. Évidemment, les salariés du secteur public sont neuf sur dix, soit 88 %, à estimer que ce mouvement est justifié. C'est un point positif pour le service public et pour les organisateurs de la mobilisation” estime-t-il. 

Le soutien est unanime auprès des sympathisants de la France insoumise (99 %) et des socialistes (90 %). Les sympathisants Les Républicains approuvent largement (70 %) tout comme ceux du Rassemblement national (71 %). Les seuls à se montrer plus critiques sont, logiquement, les sympathisants La République en marche avec 55 % contre 44 % qui ne le trouvent pas justifié. Mais même auprès d’eux, pourtant supporters du pouvoir contesté par les manifestants, la part de soutien est tout à fait correcte (44 %).

Ce qu'on observe aussi de très positif, c'est que les Français ont toujours une bonne image à la fois du secteur public - on a 56 % de bonnes opinions - mais surtout des agents. On est à près à 6 Français sur 10 qui ont une bonne opinion d'eux. Ils les jugent notamment sympathiques ou encore compétents” ajoute Gaël Sliman. Et c’est un peu l’amour vache : les agents du service public sont appréciés par six Français sur dix alors qu’ils se pensent - à tort donc - mal-aimés à plus de la moitié. 

Les Français aiment leurs services publics mais leur font quelques critiques assez sévères : sur leur efficacité, sur leur côté pas assez travailleur. Ils pensent aussi que les salariés du secteur public sont privilégiés”, souligne Gaël Sliman d’Odoxa. 

De nombreuses critiques qui portent sur leur dévouement (56 % ne les trouvent pas dévoués) ou leur efficacité (59 % ne les jugent pas efficaces), et ne les trouvent guère “travailleurs” (55 %) et au contraire pensent qu’ils sont “privilégiés” (63 %). Or cette image semble extrêmement injuste aux agents qui se perçoivent, eux, au contraire comme très travailleurs (72 %), dévoués (71 %) et efficaces (69 %) et ne se vivent pas du tout comme des “privilégiés” (67 % pensent ne pas l’être).

Des craintes (fondées ?) sur l’avenir du secteur public

Cette bonne image du secteur public est sans doute ce qui explique le soutien, elle se double d'une crainte très forte qu'ont les Français de voir les services publics désertifier leur territoire”, poursuit le directeur de l’institut de sondage. En effet, les Français interrogés ont très peur de voir les services publics se déliter et/ou abandonner leurs territoires. Le sondage montre, comme l’indique le baromètre Odoxa, qu’il existe une forte crainte concernant la désertification des services publics sur certains territoires : six Français sur dix (neuf sur dix en zone rurale) estiment par exemple que les services publics sont actuellement insuffisamment présents sur leurs territoires et s’inquiètent de leur réduction à l’avenir (68 % des Français et 83 % des agents).

Au-delà du regard porté par les Français sur leurs services publics, l’explication du soutien de l’opinion à ces mouvements sociaux tient à l’adhésion aux mots d’ordre des mobilisations - celle-ci comme la précédente. Mais elle tient probablement aussi à la très grande peur ressentie par les Français à l’égard des réformes sociales à venir : celle du lycée, celle de l’assurance-chômage et celle des retraites.

Le soutien n’est pas un gage de mobilisation

Néanmoins, peu de sondés assurent de leur mobilisation pour cette journée. “La part de Français et de salariés du secteur public qui envisage de manifester ce mardi est réduite, 12 à 18 %. Et comme tous ne le feront pas, loin s'en faut, ça promet une mobilisation qui sera sans doute plus réduite que ce que souhaitent les organisateurs” souligne Gaël Sliman. 

Ce sondage a été réalisé par Internet entre les 11 et 14 mai auprès de 1 004 Français représentatifs de la population et 1 004 agents de la fonction publique représentatifs de la population de salariés du service public en France.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.