Un récent sondage nous apprend que 86% des personnes interrogées se déclarent favorables à une intervention du législateur.

seulement 3% des aliments composant les 7 millions de repas servis chaque jour dans les cantines de France sont issus de l’agriculture bio
seulement 3% des aliments composant les 7 millions de repas servis chaque jour dans les cantines de France sont issus de l’agriculture bio © Getty / KidStock

Aujourd’hui on estime que seulement 3% des aliments composant les 7 millions de repas servis chaque jour dans les cantines de France sont issus de l’agriculture bio.

Pourtant, les citoyens semblent attendre davantage d’ambitions en la matière si on en croit un sondage réalisé par l’IFOP pour « Agir pour l’environnement ». Nous serions 86% à souhaiter l’adoption d’une loi imposant l’obligation de servir au moins 20% d’aliments bio et locaux dans les restaurants collectifs d’ici 2022.

L’occasion a déjà été manquée en début d’année avec un article de la loi Egalité et Citoyenneté adoptée en décembre 2016 qui allait en ce sens mais que le Conseil constitutionnel a invalidé. A l’époque, une pétition soutenant l’adoption de cette loi avait réuni plus de 50 000 soutiens.

Dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation, une proposition de loi (LR) envisage bien de rendre obligatoire ce seuil de 20% de produits bio servis dans les cantines à l’horizon 2022. En parallèle, un site a été lancé en donnant la possibilité à chaque citoyen d’interpeller un établissement scolaire de son choix afin qu’une démarche bio soit engagée .

Si une loi permettrait de tendre vers une généralisation, il est bon de rappeler que la décision d’engager les cantines d’une commune dans une démarche bio dépend… des communes. La bonne nouvelle est que les élus locaux peuvent être assurés d’avoir une forte majorité de parents d’élèves derrière eux.

►►► Pour découvrir le dossier « Ces villes qui se mettent au Slow » écoutez le Social Lab de Valère Corréard dimanche à 6h55 dans le 6/9 d’Eric Delvaux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.